« Le Prince  pour retisser mieux que quiconque le tissu social horriblement déchiré de la France contemporaine. »

Aujourd’hui l’invocation des valeurs républicaines apparaît dans le meilleur des cas comme une rengaine usée et inintelligible à force d’être proférée par toutes les bouches, en toute occasion, pour dire à peu près tout et son contraire, et dans le pire des cas comme une formule conservatrice et hypocrite visant à empêcher toute remise en cause du système politico-médiatique et du politiquement correct.

 

La fonction présidentielle connaît la même tragique dévaluation. Il semble qu’élection après élection, l’état de grâce du nouveau locataire de l’Élysée se réduise comme peau de chagrin. Le fameux monarque républicain apparaît de moins en moins monarque, c’est-à-dire consensuel, paternel, rassembleur, et de plus en plus républicain : un chef de majorité parlementaire accaparant tous les pouvoirs pendant cinq ans à l’occasion d’un hold-up électoral permis par un mode de scrutin qui trahit fondamentalement toute véritable représentation du peuple.

 

Alors pourquoi ne pas remonter hardiment à la source ? Pourquoi ne pas tourner le regard vers la monarchie capétienne dont les institutions moribondes actuelles tirent le peu de vie et d’éclat qu’elles conservent encore ? Ce qui pouvait paraître une belle idée mais une idée impraticable dans les faits il y a quelques années encore, quand les partis politiques, la gauche et la droite, les idéologies, et la République elle-même, donnaient l’impression d’une certaine force, quand alternance rimait encore avec espoir de changement, commence à réapparaître comme une solution possible aux problèmes politiques concrets du pays.

 

Les obsèques du comte de Paris, nous ont donné un court instant l’image de ce que pourrait être ce retour aux fondamentaux de l’âme française avec ce recueillement de tous, simples militants royalistes ou prestigieux représentants d’autres principes dynastiques, autour de la dépouille d’un prince qui avait su aimer la France et les Français simplement, sans calcul, sans exclusive, et qui aurait su retisser mieux que quiconque le tissu social horriblement déchiré de la France contemporaine.


Stéphane Blanchonnet,

Professeur agrégé de lettres modernes / Président du Comité directeur de l’Action française


 

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.