La France des Lumières n’éclaire plus grand-chose, nous sommes passés d’un Roi Soleil à un président lunatique

Il est inquiet, il est Sujet, il est sujet d’inquiétude. Tout lui semble aller de travers, il contemple la construction du Monde sans plus rien y comprendre. La magnifique horlogerie cosmique qui règle l’Ordre du Monde paraît s’emballer et ne donner que des heures graves. Sans doute d’ailleurs, l’Heure est grave ! Le Monde ne va pas bien, et la France encore moins ! La France des Lumières n’éclaire plus grand-chose, et nous sommes passés d’un Roi Soleil à un président lunatique. L’on nous affirme que c’est…Normal !

Alors le sujet d’inquiétude que je suis, rêve ! C’est vrai que souvent des fois, j’ai la nostalgie de la Vieille France, mais cette nostalgie là ne nourrit pas mon inquiétude. C’est d’avenir qu’il nous faut parler, pas de passé, et d’un avenir tout proche, un avenir qui commence aujourd’hui ! Et c’est dur, et c’est difficile d’envisager des lendemains heureux ! Les plus optimistes font comme les autruches en pratiquant leur fameuse politique… « De l’autruche » ; mettre la tête dans le sable pour ne pas voir la réalité. Car franchement, voir ce que sera demain « la vie en rose » prônée par nos politiques ne rassure pas, et c’est le moins que l’on puisse dire. Où que l’on se tourne, les perspectives sont sinistres. Notre terre va mal, elle se réchauffe climatiquement et a chaud aux oreilles ; elle se surpeuple, elle est de plus en plus polluée, nous saccageons sans vergogne
sa flore et sa faune. Que restera-t-il du jardin d’Eden qui nous avait été donné ? Et notre Douce France sera demain hérissée de Tours de Babel, offrant un paysage d’Apocalypse où grouillera une humanité déboussolée, désemparée, sans Foi ni Loi !

Oui je suis sujet d’inquiétude, je suis inquiet comme un capitaine de bateau perdu dans la tempête ; la mer est démontée, mauvaise, le ciel sombre, tonnant et menaçant de sa foudre divine ; l’équipage n’est plus à la manœuvre, dépassé, incompétent, languide. Quant aux passagers que nous sommes, tous français, gens de France et d’ailleurs, embarqués sur cette galère en perdition, nous allumons des petites bougies en proclamant : «Nous sommes tous sur le Titanic» ! Et les petites flammes tremblotent et vacillent à notre image. Triste spectacle ! Le naufrage est imminent, le vaisseau fait eau de toutes parts, à bord la révolte gronde, l’équipage est incapable, ne sachant pas être efficace ni à la hauteur de la tâche ; seule une mutinerie des passagers sauvera le navire !

Passagers du Vaisseau France, c’est à vous que je m’adresse, je ne suis qu’un Sujet et un sujet d’inquiétude, je vous l’ai dit. Je n’ai pas de solution ni de recette miracle pour nous sortir de cette tourmente, j’ai juste deux pistes, deux idées à vous soumettre ; deux idées auxquelles, moi, je crois.

Pour la première, je vous le répète, si donc je suis Sujet, c’est qu’il me faut un Roi ! Mais oui, je crois encore à cela : un Roi ! Un Roi qui existe bel et bien, il est le descendant de toute la lignée des Rois de France, des Rois qui ont fait la France, de Clovis à Louis-Philippe, notre dernier Roi régnant.

La Famille Royale de France est bien présente et nous offre un vivier humain où nous pourrions puiser demain les Grands Serviteurs de la France. Le Chef de cette Famille Royale de France, Henri d’Orléans, Comte de Paris, serait le Roi Henri VII de demain ! Et plus qu’un programme et de fallacieuses arguties,
il offrirait à la France ce qui lui manque le plus : « Une Âme ! » Voilà pour ma première piste, voilà la « Primaire Royale » que je vous propose : « Allons chercher le Roi ! »

La seconde piste, seconde vision des choses qui me paraît salutaire et salvatrice, serait de se souvenir de nos racines, se souvenir des racines chrétiennes de la France. La France est Fille aînée de l’Eglise, ça ne s’oublie pas ! Aujourd’hui, un phare illumine la Chrétienté, illumine le Monde, cette lumière qui scintille dans cet océan de cataclysmes doit nous guider, doit nous attirer vers elle, cette lumière incandescente qui réchauffe les cœurs et les âmes a un nom, et c’est le Pape François ! C’est vers lui que nous devrions diriger le vaisseau France, il indique la route à suivre, et la France ferait bien d’entendre son enseignement et devenir pour le reste du Monde : « Un Disciple Missionnaire ». [SIC]

Guy Adain

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.