Il était une fois, la France, grande à l’intérieur et immense à l’extérieur

[La parole du Seigneur fut adressée de nouveau à Jonas : « Lève-toi, va à Ninive, la grande ville païenne, proclame le message que je te donne sur elle. » Jonas se leva et partit pour Ninive, selon la parole du Seigneur. Il proclama : « Encore quarante jours et Ninive sera détruite ! » Aussitôt les gens de Ninive crurent en Dieu !] Ninive était perdue, condamnée, même Jonas le prophète ne croyait ni à sa rédemption, ni à son salut. Et pourtant, contre toute attente, le Roi et les habitants de Ninive se convertirent et Dieu les épargna. Le pire n’est jamais sûr dit le proverbe, ce qui est noir aujourd’hui peut être blanc demain.

Il était une fois, la France, grande puissance en Europe et ailleurs, capitale culturelle du Monde. Dans toutes les cours d’Europe on parlait le français. La France brillait dans les arts, le bon goût et le Roi Soleil étincelait à Versailles… Nous avions eu des revers et des périodes sombres, mais toujours, la France éternelle trouvait en son sein l’énergie et les ressources pour surmonter ses difficultés. Les preux Francs devenus français, chauvins, cocardiers, fiers comme des coqs se rêvaient « Cyrano de Bergerac » ou « d’Artagnan ». La France était grande à l’intérieur et immense à l’extérieur !

La rançon du succès devait arriver, trop de gloire finit par nuire, à trop monter on finit par atteindre son apogée et à partir de là, c’est la descente inexorable… Cela se nomme la Révolution ! Et la nôtre fut un modèle du genre, de l’horreur à la Terreur… La descente n’est pas terminée, le cycle se poursuit, nous finiront bien par toucher le fond. Et, si Dieu veut, entamer la remontée vers les sommets.

Pour l’heure, nous n’y sommes pas encore ; au 36ème dessous sans doute, et au cœur de la crise ! Non, non pas celle dont on nous rebat les oreilles, pas leur crise économique à 2,50 €… Non, nous subissons une vraie crise de Foi, une crise morale d’incroyance et de désespoir. Nous ne croyons plus, nous n’avons plus confiance, nous sommes devenus sceptiques, nous n’espérons plus. Ne plus croire est une malédiction diabolique ! On commence par ne plus croire au Père Noël et la Foi s’en va et on ne croit plus à rien, ni en l’Homme ni en Dieu. Bienvenue aux Enfers, l’entrée est gratuite ! La porte est grande ouverte, les salles sont pleines, l’alcool coule à flots, il y fait chaud…Mais je ne vais pas vous décrire ce paradis du vice accueillant et vénéneux… Alors bien sûr, l’escalier sur le coté, les marches glissantes et tout en haut, tout en haut, la petite lueur vacillante ne font guère recette… C’est pourtant bien l’issue de secours !

La France est dans l’impasse, les séides du Diable sont aux commandes, leur mission : dissoudre la France dans l’infernal magma mondialisé. Nos esprits sont prêts à l’accepter :

– On ne peut rien faire sans l’Europe.
– On ne peut rien faire sans l’Euro.
– On ne peut sortir ni de l’un ni de l’autre.
– La Démocratie est la seule valeur.
– La République est le seul système de gouvernement.
– Penser autrement, c’est être fasciste !

Et pourtant, Ninive s’est convertie ! Convertie sur le champ, sans réfléchir, elle a cru et Dieu l’a épargnée. Il y a en France, en Gaule, une petite image que nous aimons bien, un petit village peuplé d’irréductibles gaulois qui résiste encore et toujours à l’envahisseur « EuRomain ».

Moi, j’aime autant croire. Croire que je ne suis pas le seul à penser ainsi… Croire que le Bon Sens reviendra, croire qu’après la descente, il y a la remontée. Croire que l’Esprit réinvestira nos corps, et que c’est vers Dieu que nous regarderons demain. Croire que notre religion chrétienne reprendra sa place, comme le font déjà d’autres religions. Croire que nous débarrasserons  de la République et que le Roi retrouvera son royaume… Bla bla bla , balivernes que tout cela …

– Comme de voir l’Etat d’Israël après Auschwitz.
– Comme de voir tomber le Mur de Berlin.
– Comme de voir Leningrad redevenir Saint Petersbourg.
– Comme de voir le prisonnier Nelson Mandela devenir Président de l’Afrique du Sud.
– Et comme de voir le miracle d’amour et de popularité du Pape François !

La France reviendra, la France revient, la France reprendra son titre de fille aînée de l’Église. Et le Roi, que l’on pensait définitivement relégué aux oubliettes de l’histoire, retrouvera son trône et son royaume. Et ce ne sera pas un Roi de secours, pas un Roi d’opérette pour faire joli. Nous voudrons à nouveau un  vrai Roi, qui sera l’incarnation physique de La France, et nous retrouverons les lois fondamentales qui ont fait la France. Lois tant décriées à la Révolution, que l’on a fait passer pour iniques, comme la catholicité ou l’hérédité. L’hérédité ne doit pas être un système si détestable puisque même Dieu s’en est servi en nous envoyant son fils ! Quant à la catholicité, c’est le fondement de la France par le baptême de Clovis. Demain, après-demain les français croiront à nouveau, croiront en leur destin et se convertiront à la France généreuse, aimante, catholique et royale.

Guy Adain

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.