Monseigneur le Comte de Paris à VersaillesVersailles espace de souvenirs poignants. La tragédie de la France s’y est déroulée: unité de temps, unité de lieu, et l’éternité du  drame, comme ces oripeaux qui collent à la peau et dont on ne peut se  débarrasser. Cependant, le siège du roi dormant est toujours présent,  vide, espoir à venir, à construire, non pas dans une enceinte  planifiée mais au centre du cosmos, image de ce qui est et qui  demeure toujours ailleurs et présent.

Gardons en mémoire ce fanal dans le brouillard, dans les tempêtes qui  nous environnent et qui vont s’intensifier, car le faisceau des  énergies invisibles de la couronne demeure.

signature du comte de Paris

Paroles d’Henri VII, Comte de Paris et Duc de France.

www.leblogducomtedeparis.fr

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.