Henri VII: " vous les Veilleurs, sachez que vous n'êtes pas seuls "

Les Veilleurs sont assimilables à une source d’eau pure, d’eau vive.  Ils sont à la fois les vecteurs et les victimes de la réalité dont  ils soufrent . Nous sommes nombreux à ne pas vouloir que notre  civilisation disparaisse, mais qu’elle puisse évoluer et tout autant  désireux que la France se réveille de son cauchemar. C’est pourquoi  cette flamme allumée pour veiller ne doit pas s’éteindre, en  revanche, il ne faudrait pas qu’on puisse la contraindre à se  transmuter en brasier. Ainsi cette flamme, par son aspect non  violent, nous rappelle le sourire de l’Ange de Reims face à la force  aveugle et brutale de l’injustice, de privation de liberté, celle du  chaos, véritable tonneau des Danaïdes.

Quant à eux, les anciens, ils ont acquis au fil des siècles une  connaissance d’un vécu différent, selon les époques, et le plus  souvent riche d’enseignements, dont nous avons l’évident intérêt à  faire fructifier l’héritage, mais qu’il serait désastreux de ne pas  tenir en compte. Certes à notre époque, en France comme en Europe,  les forces de destructions de nos valeurs, celles de notre  civilisation judéo-chrétienne sont à l’œuvre. La vigilance et la  responsabilité de nos actes doivent donc plus que jamais être pesés à  l’aune du bon sens, de la justesse et de la pureté de l’âme et du  cœur. Car cette nouvelle force destructrice et perverse est plus  puissante que le mensonge, que la haine et que la prison qu’elle  utilise et engendre… Et c’est déjà commencé !

Il faut s’attendre à ce que l’on attaque nos libertés fondamentales,  le libre arbitre de chacun, l’opinion bien pesée de chaque citoyen  que l’on voudrait encager dans le carcan d’une pensée unique plus  commode à manipuler et à gérer. Que dire de l’intimité de notre  conscience mise à mal, de nos croyances aux quelles on semblerait  préférer un islam radical  conquérant et destructeur, prêt à nous  détruire pour s’installer sur nos cendres. Étrangement, qu’il  s’agisse d’accueil dans les hôpitaux, de protections sociales en tous  genre, les Français semblent être bien moins servis que de très  nombreux émigrés qui seraient, bientôt, bien mieux considérés que les  Français de souche. Qu’en sera-t-il du droit à la propriété qui  semble vouloir être remis en question, sous le prétexte que les  descendants d’esclaves auraient droit à la terre des riches «  négriers ». Que dire encore des nouveaux manuels scolaires enseignant  le civisme: aucune ligne écrite sur la Liberté si douloureusement  acquise, ou de la fraternité si souvent chantée, comme dans cette  chanson :”si tous les gars du monde se tenaient par la main”.  Rajoutons la théorie du genre qui se mêle de la vie intime de chacun,  alors que le rôle d’un gouvernement est de se préoccuper du bien commun.

Contre toutes ces aberrations nous devons nous hâter et rallumer la  flamme de notre prise de conscience.

Mais sachez, vous les Veilleurs, que vous n’êtes pas seuls. Des  anciens veillent aussi, parlent, écrivent comme ce collectif de  juristes « Cambacérès » qui redisent le juste Droit, comme ces  agriculteurs qui redéfinissent les comportements utiles pour ne pas  détruire la nature, à l’image de cet Algérien de l’Ardèche, Pierre  Rabih. Nous devrions relire les écrits de certains grands économistes  comme Maurice Allais qui reçut en 1988 le prix Nobel d’économie, il  dénonçait déjà la dérégulation financière, la suppression des  barrières douanières et les taux de change flottants, toutes  nouveautés qui provoqueront le déclin de l’emploi et le risque d’une  grande dépression mondiale. Je garde également le souvenir de mon  regretté professeur d’économie (et autres sciences) Alfred Sauvy.  Socialiste au jugement pondéré, mais empêcheur de tourner en rond, il  aurait pu entrer au gouvernement en 1981, mais il n’était pas dans la  ligne du politiquement correct voulu par Mittérand à l’époque.

Détruire une civilisation n’est pas sans danger. Construire une  nouvelle civilisation peut se transformer en champ de mines anti- personnelles. Comme le disait Enstein :« Plus la technologie avance, plus les gens  risquent de devenir idiots ». Tout le monde n’est pas Enstein… On  nous demande de plus en plus chaque jour et dans tous les domaines,  et on refuse l’excellence, alors on a recours au touche à tout. Ceux  qui n’ont pas eu la possibilité de se créer honnêtement ou non une  forte carapace, nous ont fait découvrir, par leur suicide, la  profondeur du gouffre , résultat d’une modernité qui tend à  transformer en robot des êtres vivants.  Aujourd’hui et plus que jamais notre humanité a besoin  de retrouver  cette solidarité chaleureuse qui a permis à la France de grandir et  prospérer.

armes-du-comte-de-parisParoles d’Henri VII, Comte de Paris et Duc de France.

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.