Henri VII: « Ne nous laissons pas berner et regardons la réalité en face »

Retour de Sicile…… Et la France ? En Sicile, terre des dieux antiques, le passé se vit au présent. Tant  de civilisations, tant de races y ont déposé leur empreinte, comme  l’Etna cet imposant volcan qui veille à supprimer les scories des  hommes pour qu’ils puissent bâtir  dans la beauté ces palais, ces  villes et ces villages, beaux parce que harmonieux, plusieurs fois  détruits et rebâtis avec la même ferveur. Les Siciliens, à l’image de la lumière intense du ciel, chantent et  sourient plus souvent qu’ailleurs, prêts à nous offrir l’hospitalité,  à l’ombre du caroubier. Ils peuvent aussi être violents comme leurs  montagnes de Titans qui dominent les villes, ou comme ces villages  accrochés aux à-pic des falaises et qui se confondent avec l’ocre de  la terre, cette terre si riche qui fut le grenier à blé de la  Méditerranée jusqu’au XVIII° siècle.

Le mondialisme les a pourtant frappés comme nous en France et en  Europe, engendrant plus de pauvreté et de misère. En France, comme  ailleurs, une grande crevasse se creuse entre une oligarchie de plus  en plus riche et des ouvriers, des agriculteurs, des artisans et des  petits commerçants de plus en plus pauvres. Plusieurs millions de  chômeurs et ce chiffre s’aggrave d’instant en instant. Pourquoi les  forces de l’ordre, me semble-t-il, s’acharnent contre des  manifestants pacifiques, plutôt que de s’intéresser aux vrais  délinquants? Les victimes seraient elles devenues des bourreaux? Il  existe pourtant des moyens non violents pour redresser la barre. Ne nous laissons pas berner par le songe creux des “lendemains qui  chantent” et regardons la réalité en face. Sinon, pays bien aimé, la  France ne pourra que pleurer comme une femme ce qu’elle n’a su  défendre comme un homme. Ainsi parlait la mère du dernier Roi Arabe  de Grenade, lorsque son fils Boabdil dut rendre les clefs de son  royaume aux Rois Catholiques D’Espagne en 1492. La réalité , certes, arrache les œillères de l’endormissement dans  lequel on tente de nous maintenir. Mais quels sont donc ces réseaux  qui pousseraient des Chefs d’État à vouloir le pourrissement de notre  pays et sa disparition programmée, qu’ils soient de droite ou de  gauche, et se partager le pouvoir en alternance. Un vieux dicton dit  bien: “passe moi le sel et je te donnerai le séné”. Deux mille ans  pour forger la France, devrait-elle tomber dans ces sables mouvants  sans fond d’une nuit définitive?

Après le vote du mariage pour tous, les sanctions contre les  objecteurs, accrochés à la réalité de l’homme et de la nature,  risquent de fondre pour sanctionner les Maires qui ont encore une  conscience. Car par delà plane l’immense problème des enfants dont on  programme déjà la naissance artificielle par tierce personne, ou  encore la destruction « in utéro » des embryons défectueux. Car bien  évidement ces nouveaux couples sont par nature improductifs. Le marché  de ces nouveaux « nounours » que l’on achète pour le plaisir, en grande  partie, et dont un jour on n’aura, peut être, plus envie peut tourner  au drame. Ces “nounours” seront-ils  jetables à la poubelle comme les  chats ou les chiens dont on veut se débarrasser après les fêtes de  Noël et du jour de l’An?

Maître Badinter, que j’ai bien connu, s’est battu pour que soit  supprimé la peine de mort et ce nouveau Gouvernement veut  l’euthanasie. Cette horreur est déjà programmée, elle sera bientôt  proposée aux Assemblées. Quelle meilleure façon , facile, utile de  régler les problèmes financiers de la retraite, ceux posés par les  handicapés qui creusent encore plus le trou béant de la sécurité  sociale. Un parfum de nazisme plane sur l’inconscience des oligarques  de quelque bord qu’ils se placent, « Montagnards ou Girondins ». Ainsi  croient ils pouvoir régler les problèmes des pensions, car il y aura  de plus en plus de retraités et de moins en moins d’actifs, si l’on  ferme le marché du travail à tous ces seniors qui désireraient  poursuivre une vie active dans le société, et si on ne permet pas à  tous ceux qui veulent travailler de faire plus que 35 heures… Mais heureusement, cet invraisemblable cataclysme a réveillé une  France endormie. Elle ne s’endormira plus, car désormais elle veille.  Elle est devenu le parti de la France, qui n’est ni de gauche ni de  droite ni du centre. C’est la France profonde, réelle, qui par  ailleurs n’admet que l’Europe de la culture seul véritable lien entre  les peuples et non celle des marchands. L’Euro, me dites vous? Il  peut être nécessaire pour les échanges commerciaux internationaux.  Mais chaque Etat, chaque Pays devrait pouvoir revenir à sa  souveraineté monétaire seul et unique moyen de relancer la croissance  et de desserrer l’étau de la rigueur. Nous n’aurions plus alors à  subir les diktats eurobruxellois de ces fonctionnaires soignés par  les lobbies et peut être mandatés par ceux dont l’intérêt est de  détruire sournoisement mais efficacement le travail, le courage et  l’âme même de ceux qui , si longtemps, furent par leur travail le  joyau de la France.

Vous les jeunes, vous êtes, dores et déjà, depuis que vous avez  réveillé le “métal précieux” qui dormait dans les cœurs, avec les  anciens qui veillent avec vous, vous êtes l’espoir et la réussite de  notre pays. Vous nous aidez à reconstruire et poursuivre  l’Histoire…. C’est maintenant ! Il vous faudra inverser ces flots  furieux, nauséabonds des « Écuries d’Augias », ce qui suppose une  solidarité renforcée et qui existe déjà. Travailler dans un domaine  que l’on aime, quelque soit votre choix, et y devenir le meilleur,  procure une joie contagieuse.Il est bien sûr plus facile de passer sa  colère et vivre son adrénaline en brûlant des voitures, mais  l’adrénaline peut être d’une plus grande utilité, riche de fierté et  de joie en construisant. Grâce à vous la France ne mourra pas.

armes-du-comte-de-parisParoles d’Henri VII, Comte de Paris et Duc de France.

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.