Henri VII : « Un gouvernement muré dans son granit, ne peut entendre la voix du peuple »

Un gouvernement muré dans son granit, sourd et muet, ne peut entendre la voix du peuple. Et, si en outre ces statues, la tète plantée sur leurs socles, donnent l’impression de marcher sur la tête, il est clair qu’une telle gouvernance ne peut avoir connaissance ni  compréhension de ceux qu’ils sont supposés gouverner, pour accéder à une vie meilleure et plus juste. Les Français effarés, désabusés et certains effondrés, souffrent en silence -mais de moins en moins- et se demandent, en regardant la Comedia del Arte qui se déroule dans les palais du pouvoir, si les comédiens ne sont pas, pour certains acteurs, dans ce même jeu de rôles? Le mensonge ne serait-il pas le seul discours politique en vogue (dixit Claude Alègre), relayé par quelques complices dans la société civile?

La classe politique navigue, dans sa grande majorité sur l’océan de l’irréalité d’arcs-en-ciel inexistants. Au point que des voyages officiels en France sont parfois rendus déserts par des forces de l’ordre qui font le vide autour de la Personne à protéger de quelque possible crachat, insulte ou discourtoisie ? On se croirait revenu dans un film ancien qui fait apparaître un sultan enturbanné et protégé par sa garde prétorienne, traversant un marché vide de ses sujets. Ne restent que des ânes qui braient et des chameaux qui blatèrent… et s’ils applaudissaient?… que du bonheur!  Il me semble ne pas avoir la même conception de l’écoute que l’on devrait avoir vis à vis des Français. Ainsi durant presque quarante ans, avec mon épouse la Princesse Micaela, nous avons sillonné la France de Dunkerque à Biarritz,, de Strasbourg à Lorient, de Lille à Menton, de Bordeaux à Grenoble. Nous allions au devant des gens quels qu’ils soient, afin de mieux les connaître, les comprendre et d’être, à notre tour, récompensés par eux, en amitié. Tout être quelque soit sa différence, l’être dans sa dignité et le respect qu’on lui doit, a sa place dans la société et tous sont au cœur de notre quête permanente. Nous sommes toujours, et le demeurerons, disponibles à l’autre et à son écoute autant qu’il est possible. C’est ainsi que ces voyages d’étude nous ont enrichis et fait connaître la France et ses régions rurales si différentes des grandes métropoles où bien des guêpes s’agitent et font monter une mauvaise mayonnaise. Alors que la France rurale vit, souffre, a peur et désespère au quotidien.

Certes, je ne détiens pas le Pouvoir et non plus n’y prétend en ces heures de souffrances accumulées, mais en découvrant les musées de province, en visitant les abbayes, en écoutant les ouvriers, les agriculteurs, les pêcheurs et les artisans, en prononçant des toast dans les mairies, en saluant les Préfets, mais surtout en mettant notre âme à l’écoute des plus faibles et en essayant parfois d’aider lorsque cela était possible, la Princesse et moi prenions part aux drames humains, sociaux, économiques qui ont et continuent de frapper la France. Cette France qui demeure néanmoins une terre qui ne demande qu’à faire prospérer ses richesses. Certes, je le redis, nous n’avons pas le Pouvoir, mais au delà de cela nous tentons de semer dans les cœurs la graine de l’espérance pour redonner aux gens un sens à leur vie. Il nous est parfois arrivé de nous heurter à des incrédules. Parler ensemble crée cependant des ponts. En effet je mets un point d’honneur et toute la force dont je suis capable pour assumer la tradition et le sens du devoir dont j’ai hérité historiquement.

On me dit tantôt de gauche, tantôt de droite, mais je suis d’ailleurs, car je ne suis pas partisan, cherchant plutôt à aider, à soutenir mes contemporains et leurs espoirs. Certes on ne saurait infliger un  bonheur politiquement correct à ceux dont l’attente est de pouvoir vivre et s’épanouir normalement. Tous attendent que l’État réduise ses dépenses, avant de ponctionner des citoyens déjà fragilisés, pour rembourser une dette dont ils ne sont pas responsables. Alors, je souhaite que vive la France! Tout dépend encore de ceux qui gouvernent. Et le temps imparti se rétrécit comme peau de chagrin.

armes-du-comte-de-paris

Paroles d’Henri VII, Comte de Paris et Duc de France.

www.leblogducomtedeparis.fr

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.