Monseigneur le comte de Paris

Face à la barbarie qui a de nouveau frappé la France, nous vous invitons à lire ou à relire ce texte du chef de la Maison royale de France, Monseigneur le comte de Paris.  La parole capétienne, une parole de sagesse plus que jamais utile à notre démocratie et à l’avenir de la France.

“Notre civilisation est un corpus de coutumes,de cultures, d’apprentissages pour ce qu’il en est, par exemple, de l’agriculture, des arts selon les canons du beau, du bon et du juste et qui évoluent strates après strates, siècles après siècles. Toutes civilisations s’appuient sur la tradition qui est à son tour poussée par les siècles, telles les vagues de l’océan. Elle se forge au fil de l’expérience , de la connaissance et progresse vers le haut pour ne pas dépérir et se flétrir ainsi qu’une branche qui meurt. L’axe de  ses valeurs, tronc immuable, plonge ses racines dans l’apprentissage  de chacun et comporte ainsi un lien avec le cosmos, dans la part insondable de l’âme et de l’esprit de chaque être, dont la somme a forgé notre civilisation judéo-chrétienne. Or en ces instants nous subissons plus que nous ne le vivons l’action de scarabées, les Lucanes Cerf-Volants. Ils grignotent, grignotent le tronc de notre civilisation qui bientôt pourrait s’effondrer en poussière, et nous n’y pouvons rien, puisque ces scarabées sont sourds, aveugles et muets.

La modernité actuelle devient triste, laide et asphyxiante. Peu s’y reconnaissent et attendent encore le « miracle ». Le progrès, le mondialisme ont métamorphosé nos existences et ne servent qu’une  caste de plus en plus riche tandis que les « ilotes » qui produisent  ces richesses deviennent de plus en plus pauvres, exploités à mort,  ce qui ne semble susciter aucun intérêt. Au final ils sont engloutis  par un chômage devenu incontrôlable… Le progrès pour le progrès, la société de consommation, la civilisation du kleenex jetable engendrent des bulles monstrueuses qui nous éclatent à la figure et fissurent les liens sociaux, économiques et même politiques, puisque ces derniers ne peuvent prendre de décision sans en demander la permission à des instances supérieures coupées de toute réalité humaine et tenus en sous main  par des groupes d’intérêt, des lobbies financiers et industriels  confondus. Alors le monde politique perd toute humanité et bien trop  souvent, pour ce qui nous concerne, le sens du service de la France  et des Français.

Les gens de la rue, les peuples de France ressentent et commencent à comprendre ce qui se passe, ils réagissent en s’abstenant de voter,  ce qui n’est pas la meilleure façon de répondre à la privation des libertés, ou bien manifestent pacifiquement dans la rue leur rejet et se font traiter de fachos… Tandis que les élites politiques, médiatiques, économiques et financières continuent de se chamailler sur des sujets qui n’intéressent que leur propre vanité de paraître.  Peut être nous faudra-t-il plonger au fond des « écuries d’Augias » pour pouvoir les nettoyer comme le fit Hercule, le demi dieu révéré par  les anciens Grecs.En attendant ce moment, la France soufre. Deviendrons nous orphelins de ce pays que nous aimons tant et qui risque d’être dilué par la tourmente. Souvenez vous du poète Joachin du Bellay , momentanément à Rome sous la renaissance qui écrivait sa nostalgie par ce poème qui commençait ainsi : « plus me plaît mon petit Liré que le mont Palatin ». Plus proche de nous Charles Trenet chantait : « Douce France, cher pays de mon enfance », et Charles Peguy, grand écrivain, immortalisait la magnifique cathédrale de Chartres qui se mirait au loin dans les blés de la Beauce…

Lorsqu’un enfant va naître il se retourne dans le ventre de sa mère. Bientôt il quittera un monde protégé et clos pour s’affronter au monde. Demain il nous faudra opérer ce terrifiant retournement pour construire ce nouvel avenir qui dépendra de nous tous Françaises et Français, mais aussi de tous les peuples de la Terre. Non pour construire un monde identique et encore plus terrifiant, celui d’un Occident opposé à un Orient dans lequel l’humanité aura abdiqué de toutes ses libertés, un monde gouverné par le Grand Ordinateur, régi par le Ministère de l’Amour Programmé, ou du Ministère de la Bonne Conduite qui surveillera vos faits et gestes d’esclaves jusque dans votre salle de bains. Ainsi que le disait Malraux le visionnaire, le XXI° siècle sera spirituel ou ne sera pas. Je précise que le spirituel dont il est question n’a rien à voir avec quelque religion que ce soit. Pour inventer l’avenir il ne suffit pas d’abolir les ordres établis, il faudra rétablir une nouvelle société à partir des racines anciennes qui,elles, demeurent pérenne et, sans pour autant, faire retour en arrière, telle me parait devoir être la nouvelle équation.

Nous somme dans ce moment « M » où nous avons encore les pieds dans un marécage boueux, mais peut-être déjà la tête et l’esprit clair. A la « Renaissance » le mot couillu désignait l’Homme bien fait dans sa  tête, dans son corps et dans son âme, comme un beau chêne pouvait  être feuillu. Aujourd’hui le mot couillon a avilit ce terme pour le transformer en insulte infamante. N’oublions pas que la politique, comme l’économie sont faites pour l’Homme et non l’inverse. Une cathédrale ne se construit pas à partir de sa clef de voute, mais bien sûr par sa base et plus précisément en orientant la pierre angulaire. Ce monument doit être édifié selon la divine proportion ainsi que nous l’indique Léonard de Vinci. Les Pyramides et le Parthénon sont toujours la pour nous le rappeler. L’Histoire nous rappelle que la France a su s’extraire de situations terribles: guerres de religions, guerres meurtrières, génocides fratricides sanglants. Je me sens fier de la France, je suis au côté de mes compatriotes qui, au sortir de l’épreuve, ont su faire preuve d’intelligence, d’un immense courage et de solidarité pour se redresser afin de vivre libres et laisser vivre.”

armes-du-comte-de-parisParoles d’Henri VII, Comte de Paris et Duc de France,

Publiées le 05 mars 2015  sur le site du prince

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.