henri-vi-de-france

La République est tenue par une secte, la pilote, la gauche. Comment en serait-il autrement ? La République française, égalitariste et laïque, est son invention, l’instrument de sa domination. Nous voilà dans le drame politique française, en plein. Qui n’est pas de gauche, pour se révéler, a besoin de transcendance, c’est-à-dire de notre merveilleuse tradition chrétienne ; besoin sans doute aussi du dirigeant paternel qui, étranger à toute brigue, peut seul être l’arbitre de nos conflits. Or, la gauche verrouille: la laïcité officielle de l’État interdit à quiconque l’invocation du suprême recours de Dieu, le suffrage universel, intoxiqué de calembredaines et présentement seule source de légitimité, interdit la restauration d’un chef de l’État paternel arbitre.

Le Roi peut parler de Dieu, prier avec son peuple, être d’une conviction, d’un rite et protéger tous les autres, au lieu que la République est une religion en soi, qui interdit la transcendance, brime les âmes réduites au silence et abaisse l’homme, pour en avoir conçu un idéal chimérique qu’on peut, entre autres, formuler ainsi : « Cette égalité qui est aujourd’hui notre passion dominante, n’est pas un sentiment noble et bienveillant qui fait qu’on aime à s’honorer dans son semblable; non, c’est l’aversion pour toute supériorité.»

armes-du-comte-de-parisParoles d’Henri VI comte de Paris (1908-1999)

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.