avantage-economique-de-la-monarchie

Le blog  “opinion de la Monarchie” , a publié une comparaison chiffrée du coût de la République française depuis 1974 avec celui des Monarchies britannique et espagnole, prouvant une fois de plus que la monarchie est un régime plus économique que la république. À partager sans modération.

Pour justifier la Révolution Française, on invoque bien souvent les dépenses folles de la cour de Louis XVI ; soit le fort coût du système Monarchique. Mais la République est-elle vraiment moins chère ? J’ai décidé de mener ma petite enquête en comparant le coût de la République française depuis 1974 avec celui des Monarchies britannique et espagnole dans cette même période de temps. Cette fois-ci, il s’agit de ne regarder que les chiffres, et non pas les avantages sociaux que pourrait apporter une monarchie constitutionnelle à la France.

Tout d’abord, le budget du trône d’Angleterre s’élève à 40 millions d’euros (32 millions de livres) par an, soit une-demi livre par personne et par an. Les dépenses sont réparties entre le salaire du personnel (13,6 millions de livres), l’entretien des résidences royales (12,2 millions de livres), les voyages officiels de la famille royale (6,1 millions de livres), et les célébrations officielles, comme le jubilé de diamant de l’été 2012. Tous les chiffres donnés précédemment sont pour l’année 2012.

Ensuite, le budget de la monarchie espagnole est de 8.6 millions d’euros par an. En 2012-2013, les dépenses sont passées en-dessous de la barre des 8 millions d’euros, en recentrant le budget autours des nécessités du couple royal et du couple hériter. Les frais alloués aux apparitions officielles ont aussi été réduits.

 

Enfin, en France, le budget est autours des 105 millions d’euros par an. (cet argent est réparti entre les frais pratiques : voitures, essence, électricité…, les frais personnels : managers, attaché-presse…, etc.) Quelques recherches supplémentaires que j’ai effectué sur le site même du budget officiel de l’Élysée, m’ont permis d’obtenir l’évolution du budget de l’Élysée, depuis environ 1974.

2008-2013 environ 105 millions d’euros

2002-2007- environ 90 millions d’euros

1999-2001-environ 30 millions d’euros

1998- environ 15 millions d’euros

1995-1997-environ 7 millions d’euros

1974-1994-environ 3 millions d’euros

A cela, il faut ajouter les frais des élections présidentielles. J’ai répertorié le coût de chaque élection présidentielle depuis 1974 :

2012:  228 millions d’euros (51 millions d’euros pour les frais de mise sous plis, location de bâtiments, 49 millions, pour l’acheminement de la propagande, 8 millions d’euros de dédommagement pour les candidats au premier tour ayant obtenu plus de 5 %, 4 millions d’euros pour l’organisation du scrutin à l’étranger, 2 millions pour les frais télévisuels)

2007: 210 millions d’euros

2002: 200 millions d’euros

1995: 133 millions d’euros

1988: 115 millions d’euros

1981: 48 millions d’euros

On peut aussi prendre en compte le salaire alloué aux anciens présidents, qui est d’environ 20 000 euros (en comptant le salaire net d’environ 6000 euros, la chaire au conseil constitutionnel apportant 12000 euros, et les primes). Valéry Giscard d’Estaing, Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy le reçoivent ce qui fait 720 mille euros par an.

Voici le bilan du coût des monarchies britannique, ibérique et de la république française de 1974 à 2012 :

Monarchie britannique : 1 milliard 520 millions d’euros.

Monarchie ibérique: 304 millions d’euros

République française : 2 milliards 322 millions d’euros.

Enfin on peut prendre en compte l’argent du tourisme généré par la monarchie en Grande Bretagne tout particulièrement. Outre-Manche le gain est d’environ 600 millions d’euros par an, en prenant en compte l’argent dépensé par les touristes dans les lieux liés à la monarchie, le salaires des employés et l’entretien nécessaire.

Bref le bilan est très clair : la monarchie n’est pas un régime plus coûteux que la république, comme l’opinion publique le pense très souvent.

Le blog  « opinion de la Monarchie »


Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.