la Monarchie royale contre l'Enarchie républicaine

Ce que l’on peut reprocher à la République, au-delà même des multiples affaires et conflits d’intérêts, ce n’est pas tellement d’avoir des énarques ou des technocrates à tous les échelons ministériels, mais de leur avoir abandonné le Pouvoir, en les laissant maîtres des grandes administrations de l’État, au risque de perdre le vue le sens de l’État au profit du sens des affaires… Or, de par leur formation à « l’efficacité », ils en oublient les simples principes sociaux et moraux qui permettent de justifier une société et d’éviter l’absence de mesure des puissants !

L’intérêt de la Monarchie « à la française », c’est de les remettre dans le service de l’État, de les « ordonner » à l’État tout en les empêchant de former de nouvelles féodalités. A bien y regarder, la Monarchie est, de ce côté-là, libératrice. Je ne suis pas utopiste, et c’est pour cela que je pense que la Monarchie, en restaurant l’autonomie du Politique, restaure aussi l’indépendance d’action nécessaire de la magistrature suprême de l’État, aujourd’hui prisonnière des jeux partisans. Si je voulais résumer, il s’agit d’établir la Monarchie pour limiter l’Enarchie et la techno-bureaucratie : à l’État monarchique les pouvoirs régaliens; aux énarques les tâches administratives et d’intendance, dans un cadre délimité et hors des jeux financiers. Cette utilisation raisonnée des compétences par l’État royal évite la féodalisation du Pouvoir.

Il n’est pas dit que cette révolution royale soit facile, mais elle est nécessaire pour libérer l’État et redonner des pouvoirs concrets aux citoyens, dans leurs cadres locaux et socioprofessionnels.

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.