Aujourd’hui, qu’apporterait un Roi à la France ? La présence d’une institution royale, à la tête d’une démocratie moderne, garantit la continuité dans le destin d’un pays : le respect de son identité profonde, la préservation de ses principes fondamentaux, la défense de sa langue et son rayonnement dans le monde entier. Elle permet également de se détacher de la pression des lobbies, des médias, des biais du système électoral pour exprimer d’une voix forte la protection des plus faibles, la défense de l’environnement, ou celle du patrimoine matériel et spirituel.

 

Aujourd’hui, qu’apporterait un Roi à la France ?

 

Une vision de long terme : Avec à peine deux siècles et demi d’existence, notre jeune démocratie française est parfois aveuglée par l’idéologie du progrès, le mythe de la mondialisation heureuse, et l’attrait des profits immédiats. Dans le cadre d’une nouvelle monarchie, le Roi est le garant d’un projet d’ensemble dont la vision politique n’est pas à l’horizon d’un quinquennat mais des générations futures. Du côté, non pas de l’action qu’on achète et qu’on revend quelques secondes plus tard, mais de l’arbre que l’on plante pour ses petits-enfants.

 

La protection des plus faibles : À l’heure d’un monde ouvert à la main ; malheureusement ; des puissants, le système économique pousse souvent à renoncer à sa responsabilité sociale afin de maximiser ses profits. Une vision à court terme qui conduit à une dégradation des relations humaines et une perte de sens pour ceux qui travaillent. La royauté au contraire s’est toujours fondée sur la défense des plus faibles et le souci de justice.

 

Garantir l’unité de la Nation : L’existence même d’une famille royale à la tête de la nation, renforce puissamment son identité, qui, en république, est beaucoup plus abstraite, indistincte et insaisissable. Une dynastie familiale ancre profondément un peuple dans l’histoire et rend sensible sa continuité à travers les siècles.

Dans le système actuel, la république divise les Français en entretenant un état permanent de guerre civile électorale. Les intérêts supérieurs du pays sont sacrifiés aux luttes partisanes. Le Roi, contrairement à un président, est véritablement au-dessus des partis, il pourra donc s’occuper pleinement des besoins des Français de façon beaucoup plus pragmatique que ne le font les présidents de la République, plus soumis à leurs électeurs, qu’aux Français en général.

 

Une institution arbitrale, au service des Français. Élire un président, c’est comme donner le match à arbitrer au capitaine de l’une des deux équipes en lice. On doute forcément de sa partialité. À l’inverse, le roi n’étant pas le chef d’un parti et n’ayant pas conquis le pouvoir à l’issue d’une compétition qui a divisé son peuple, jouit naturellement de la confiance spontanée de tous les Français. Placé au sommet et en dehors de l’échiquier politique ordinaire, le roi peut ainsi représenter tous les Français.

Étant une institution arbitrale, totalement indépendante du jeu politique des partis et des groupes d’influences, l’institution royale offre ainsi à la démocratie et aux français, un recours possible face aux dérives démagogiques et aux crises politiques pouvant porter atteinte à la démocratie et à l’unité de la nation.

 

Incarner la France à l’étranger : En démocratie, les politiques étrangères sont souvent fluctuantes et remettent en cause des liens durables installés depuis des siècles entre pays. La royauté introduit l’idée de permanence. Le prince, par sa naissance même, incarne la destinée du pays, mais aussi son Histoire, et l’intérêt de tous les Français, auprès des pays étrangers.


Visuel : La Couronne

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.