Les armes du Chef de la Maison de France, Mgr le comte de Paris, de jure Henri VII


« D’azur à trois fleurs de lys d’or »
Couronne royale de France

Les armes de Monseigneur le comte de Paris et duc de France, reflète sa position de Chef de la Maison de France. Il use donc des armes traditionnelles des Rois de France à savoir : D’azur à trois fleurs de lys d’or, l’écu surmonté de la Couronne royale de France. Monseigneur le comte de Paris et duc de France use de ces armes depuis le 19 juin 1999, date du décès de son père, Monseigneur le comte de Paris, Chef de la Maison de France (de jure : Henri VI). Entre le 25 août 1940 et le 19 juin 1999, Monseigneur le comte de Paris et duc de France portait les armes de Dauphin de France.

Les armes « D’azur à trois fleurs de lys d’or » sont pour la première fois utilisées par Philippe Auguste (roi de 1180 à 1223) sur son contre-sceau d’héritier du trône. La légende fait remonter ces armes au baptême de Clovis (roi de 481 à 511) où il aurait décidé de prendre ces armes à la place des trois crapauds d’origine. D’abord semé de fleurs de lys, les fleurs seront réduites au nombre de 3 sous le règne de Charles V (roi de 1364 à 1380) afin de placer la Famille Royale de France sous la protection de la Sainte Vierge.


S.A.R. le prince Jean d’Orléans, duc de Vendôme, Dauphin de France

« Écartelé, en 1 et 4 : d’azur à trois fleurs de lys d’or ;
et en 2 et 3 : d’or au dauphin d’azur, crêté, barbé, loré, peautré et oreillé de gueules »
Couronne de Dauphin de France

Le titre de Dauphin de Viennois (transformé en Dauphin de France sous Henri IV) est l’apanage particulier de l’aîné des descendants dynastes du Roi en exercice (généralement son fils, petit-fils ou arrière-petit-fils aîné). Humbert II, dauphin de Viennois, seigneur d’Albon, a vendu, par le Traité de Romans du 30 mars 1349, ses terres au roi de France Philippe VI (roi de 1328 à 1350) à condition que sa terre devienne l’apanage de l’héritier direct du trône (ce que nos voisins britanniques appellent heir apparent).

Le premier héritier du trône de France à avoir porté le titre de Dauphin de Viennois fut le futur Charles V de 1349 à 1364. Dès lors, les héritiers du trône portèrent comme armes un écartelé (écu coupé en 4) entre les pleines armes de France, et les armes du Dauphiné. Seul le futur Louis XI a gouverné réellement le Dauphiné, le reste du temps, il était gouverné par le Gouverneur du Dauphiné (nommé par le Roi), et par le Grand-Maître héréditaire du Dauphiné (charge héréditaire de la Maison de Clermont-Tonnerre).

Le prince Jean de France a reçu le titre de Duc de Vendôme par collation du 27 septembre 1987 du Chef de la Maison de France (Henri VI, comte de Paris). Il semble qu’entre 1987 et 1999, le prince Jean n’ait porté aucune brisure particulière sur ses armoiries (c’est ce qu’affirme Philippe de Montjouvent dans Le comte de Paris et sa descendance), seul le prince Jean pourrait lever le doute et nous apporter l’information sur ses armes entre 1987 et 1999.

Feu le comte de Paris (de jure : Henri VI, Chef de la Maison de France) a souvent dit qu’il avait pris les dispositions de titulatures suivantes : le titre de Comte de Paris serait celui du Chef de la Maison de France, et le titre de Comte de Clermont celui du Dauphin de France. Ainsi, le 24 juin 1999, lorsque le nouveau Chef de la Maison de France pris ses premières décisions, il proposa le titre de Comte de Clermont au prince Jean (nouveau Dauphin de France), lequel le refusa pour garder le titre de Duc de Vendôme. Avec l’accord du prince Jean, il fut alors attribué au prince François (anecdote rapportée sur Noblesse et Royautés).

Depuis le 24 juin 1999, S. A. R. le duc de Vendôme et Dauphin de France, porte donc les armoiries delphinales comme son père les a portées de 1940 à 1999.

 


 

S. A. R. le prince Eudes d’Orléans, duc d’Angoulême, Fils de France


« D’azur à trois fleurs de lys d’or à la bordure engrelée de gueules »
Couronne des Enfants de France

Le prince Eudes de France a été créé Duc d’Angoulême par collation du 27 septembre 1987 du Chef de la Maison de France (Henri VI, comte de Paris). Le précédent prince de France à l’avoir reçu en apanage est le futur Charles X (roi de 1824 à 1830), et le dernier à avoir porté ad nominem est le prince Louis-Antoine de France (de jure : Louis XIX, comte de Marnes, Chef de la Maison de France) de sa naissance à 1824. Ce titre marque la continuité dynastique entre les Valois (puisque les futurs Charles IX, Henri III et le prince François de France mort en 1584 ont porté ce titre), les Bourbon (puisqu’il était dans l’apanage du duc de Berry, 3ème petit-fils de Louis XIV, et du futur Charles X) et les Orléans, actuels héritiers de la Couronne.

La bordure engrelée est traditionnellement attachée au titre de Duc de Berry, titre qui revenait par tradition au 3ème fils ou petit-fils du Roi (ou du Chef de la Maison de France), si Anjou et Orléans était attribués. En 1987, le titre de Duc d’Orléans était déjà attribué, et Feu le comte de Paris n’a jamais recréer le titre de Duc d’Anjou.


 

S. A. R. le prince Jacques d’Orléans, duc d’Orléans, Fils de France


« D’azur à trois fleurs de lys d’or et au lambel d’argent »
Couronne des Enfants de France

Le titre de Duc d’Orléans est traditionnellement réservé au second fils du Roi de France. Cette « tradition » a été inaugurée sous le règne de Philippe VI (roi de 1328 à 1350) en faveur de son second fils, Philippe de France (mort en 1375). Charles V titra son fils de la même manière, d’où est issue la Deuxième Maison d’Orléans (qui accèdera au trône en 1498 avec Louis XII).

Henri IV titra ses deux fils puînés, le premier mort avant d’être nommé en 1611, et Gaston de France, père de la Grande Mademoiselle. Louis XIII titra son second fils Philippe du même titre. Philippe de France (1640-1701) est l’ancêtre direct du comte de Paris.

A partir de Louis de France, duc d’Orléans (1372-1407), fils cadet de Charles V, le « lambel d’argent » figurant sur les trois fleurs de lys est la brisure traditionnellement attachée au titre de Duc d’Orléans.

En 1830, Louis-Philippe Ier accédant au trône, il accorda les titres de Duc d’Orléans et de Prince Royal à son fils aîné et héritier, Ferdinand-Philippe (1810-1842). A sa mort, le titre revint à la couronne. Ce titre sera recréé le 24 août 1883, par le nouveau Chef de la Maison de France (Philippe VII, comte de Paris), pour son fils aîné et héritier Louis-Philippe Robert (1869-1926), futur Philippe VIII, Chef de la Maison de France.

Le 13 octobre 1960, Monseigneur le comte de Paris (de jure : Henri VI, Chef de la Maison de France), accorda le titre de Duc d’Orléans au prince François de France, mort au champ d’honneur l’avant-veille en Algérie, sous l’uniforme du 7ème Bataillon de Chasseurs alpins.

Le 17 novembre 1967, pour mariage non-consenti par le Chef de la Maison de France, le prince Michel est exclu de l’ordre de succession au Trône de France ainsi que ses descendants (il réintégrera l’ordre de succession le 19 juin 1999, sur décision du nouveau comte de Paris). C’est donc en toute logique que Feu le comte de Paris accorda le titre au prince Jacques de France par collation du 15 juillet 1968.

 


 

S. A. R. le prince Charles-Louis d’Orléans, duc de Chartres, Petit-Fils de France


« D’azur à trois fleurs de lys d’or et au lambel de gueules »
Couronne des Enfants de France

Depuis le Régent, Philippe d’Orléans (1674-1723), il est de tradition que le titre de Duc de Chartres revienne au fils aîné du Duc d’Orléans. Le fils aîné du Duc de Chartres recevant soit le titre de Duc de Valois soit celui de Duc de Montpensier. Du vivant de son père, aucun Duc de Chartres n’a brisé les armes d’Orléans, hormis le futur Régent du vivant de son père, Monsieur (1640-1701). Celui-ci en effet brisa les armes d’Orléans d’un croissant de lune de gueules sur le pendant central du lambel. L’inconvénient est que cette brisure était celle des Valois-Angoulême, famille du futur François Ier. Portées par des Princes du Sang de France (ce qu’étaient les Valois-Angoulême à l’égard de la couronne), elle ne convenait pas pour un Petit-Fils de France. C’est surement pour cette raison que Feu le comte de Paris décida d’accorder une autre brisure pour son petit-fils.

Le lambel de gueules était réservé aux ducs d’Anjou avant que la brisure attachée à ce titre soit la bordure de gueules. Ce lambel a été la brisure de la Première Maison d’Anjou (issu de Louis VIII) dont les princes ont régné sur Naples et la Sicile. Au XIIIème siècle, l’héritage de cette branche fut transmis par adoption au second fils de Jean II (roi de 1350 à 1364). Les apanages de ces deux branches comprenaient le comté de Provence. Les vassaux de ces ducs d’Anjou et comtes de Provence étaient les ducs de Sabran, ancêtres de l’actuelle duchesse d’Orléans, née Gersende de Sabran-Pontevès.

Le prince Charles-Louis d’Orléans a été créé Duc de Chartres sans investiture le 20 octobre 1982. Il recevra l’investiture de son titre le 30 septembre 1996, jour de ses fiançailles avec Iléana Manos.

 


 

S. A. R. le prince Foulques d’Orléans, comte d’Eu, duc d’Aumale, Petit-Fils de France


« D’azur à trois fleurs de lys d’or et au lambel de gueules, chaque pendant chargé de trois tours d’or »
Couronne des Enfants de France

Le prince Foulques d’Orléans est le seul Prince de la Maison de France (en dehors de Mgr le comte de Paris, duc de France) à avoir deux titres d’apanage. Le premier qu’il a reçu est celui de Comte d’Eu. C’est la volonté de Feue la comtesse de Paris (1911-2003) de voir renaître le titre porté par son grand-père paternel, Gaston d’Orléans. Le 20 octobre 1982, le prince Foulques fut donc créé Comte d’Eu sans investiture par Feu le comte de Paris. Les armes qu’il porte font référence aux comtes d’Eu issus de la Maison d’Artois, descendante de Louis VIII (roi de 1223 à 1226). Ces princes d’Artois reçurent le titre de Comte d’Eu en compensation du titre de Comte de Beaumont-le-Roger donné à Robert III en compensation lui-même du titre de Comte d’Artois sorti de la descendance masculine de Louis VIII par le mariage de Mahaut, comtesse d’Artois, avec Otto, comte palatin de Bourgogne.

Toutefois, voulant recevoir un titre de même rang nobiliaire que son frère Charles-Louis, le prince Foulques a sollicité un titre de duc à son grand-père. Feu le comte de Paris accéda à sa requête et le créa Duc d’Aumale sans investiture le 30 septembre 1996. Il recevra l’investiture de ses deux titres le 9 novembre 1997.

Il semblerait que les armes du prince Foulques n’aient pas changées suite à la collation du titre de Duc d’Aumale en 1996.

 


 

S. A. R. le prince Michel d’Orléans, comte d’Évreux, Fils de France


« D’azur à trois fleurs de lys d’or et à la bordure componée d’argent et de gueules »
Couronne des Enfants de France

Titre concédé par Philippe III le Hardi (roi de 1270 à 1285) à l’aîné des fils de son second mariage, Louis de France, dont la descendance accèdera à la Couronne de Navarre en 1328, la bordure componée d’argent et de gueules fut la brisure attachée à cette branche.

Le prince Michel de France s’étant marié le 17 novembre 1967 sans le consentement du Chef de la Maison de France, il s’était automatiquement exclu, ainsi que ses descendants, de la succession dynastique au Trône de France. Le 10 décembre 1976, Feu le comte de Paris créa le titre de Comte d’Évreux au prince Michel en reprenant la même brisure que pour la Maison d’Évreux-Navarre précédemment citée.

Le 19 Juin 1999, le comte de Clermont devenu le nouveau Chef de la Maison de France (de jure : Henri VII, comte de Paris, duc de France) régularisa les mariages de ses frères Michel et Thibaut, les réintégrant dans la succession dynastique, comme son père l’avait fait pour lui en 1990.

 


 

S. A. R. le prince Charles-Philippe d’Orléans, duc d’Anjou, Petit-Fils de France


« D’azur à trois fleurs de lys d’or et à la bordure de gueules »
Couronne des Enfants de France

Cette brisure fut d’abord celle du deuxième fils des Rois de France capétiens directs, sans que cela soit attaché au titre de Duc d’Anjou. A partir de Jean II (roi de 1350 à 1364), la bordure de gueules fut donnée automatiquement à tous les ducs d’Anjou (à l’exception notable du futur Henri III et de son frère François d’Alençon). La bordure de gueules fut concédée par Louis XIV à son petit-fils parti régné en Espagne, et devient la marque particulière des branches morganatiques de la Maison d’Espagne.

Depuis Louis XVIII, aucun Roi ni Chef de la Maison de France n’a octroyé le titre de Duc d’Anjou à un Prince de la Maison de France. Le 8 décembre 2004, l’actuel Chef de la Maison de France le fera en faveur de son neveu, le prince Charles-Philippe d’Orléans, appelé à devenir le futur chef de la seconde branche de la Maison de France (derrière celle des ducs d’Orléans issue du prince Jacques).

 


 

S. A. R. le prince François d’Orléans, comte de Dreux, Petit-Fils de France


« Écartelé en 1 et 4 : d’azur à trois fleurs de lys d’or et à la bordure componée d’argent et de gueules,
et en 2 et 3 : échiqueté d’or et d’azur et à la bordure de gueules »
Couronne des Enfants de France

Le 27 juillet 2014, en octroyant le titre de Comte de Dreux au prince François d’Orléans, le Chef de la Maison de France a voulu montrer la continuité dynastique de la Maison de France depuis les Capétiens directs jusqu’aux Orléans. Les armes du prince François (un écartelé, typique des cadets) reprennent les armes de son père (le prince Michel d’Orléans, comte d’Évreux) et de la Maison capétienne de Dreux issue du roi Louis VI le Gros.

 


 

S. A. R. le prince Robert d’Orléans, comte de La Marche, Petit-Fils de France


« D’azur à trois fleurs de lys d’or et à la bande de gueules chargée de trois lionceaux d’argent »
Couronne des Enfants de France

Titre concédé en juin 1313 par Philippe IV le Bel (roi de 1385 à 1314) à son troisième fils Charles de France (futur Charles IV le Bel, roi de 1322 à 1328). Les armes de ce prince seront ensuite reprises par les ducs de Touraine (à savoir de France à la bordure componée d’argent et de gueules).

Le titre passera ensuite à des cadets de la Maison de Bourbon, issue de la branche de Bourbon-La Marche, d’où la brisure des trois lionceaux d’argent posées sur la bande de gueule (brisure de la Maison de Bourbon).

Le prince Thibaut de France s’étant marié le 23 septembre 1972 sans le consentement du Chef de la Maison de France, il s’était automatiquement exclu, ainsi que ses descendants, de la succession dynastique au Trône de France. Le 10 décembre 1976, Feu le comte de Paris créa le titre de Comte de La Marche au prince Thibaut en reprenant la même brisure que pour les comtes de La Marche issus de la Maison de Bourbon.

A la mort du prince Thibaut, le 23 mars 1983, le titre fut hérité par son fils survivant, le comte Robert de La Marche (né en 1976). Le 19 juin 1999, le mariage du prince Thibaut a été régularisé par le nouveau Chef de la Maison de France (Henri VII, comte de Paris, duc de France) et le nouveau comte de La Marche pris la place correspondant à son rang dans l’ordre de succession au Trône de France, avec les titres et prédicats attachés à la qualité de Petit-Fils de France et de Prince de la Maison de Bourbon. Dès lors, la titulature complète du nouveau comte de La Marche est : S. A. R. le prince Robert d’Orléans, comte de La Marche, Petit-Fils de France.

Matthias Beaufort

(source “Le Comte de Paris et sa descendance” de Philippe de Montjouvent)

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.