Les demeures des princes d'Orléans : " Le Manoir d'Anjou "

Ce domaine situé dans la banlieue de Bruxelles fut durant plusieurs années la résidence officielle de la famille royale de France durant son exil imposé par la république Française. Monseigneur le duc d’Orléans, de jure Philippe VIII de France, en fit l’acquisition en 1912, lorsque le prince, pour se rapprocher le plus possible de la France, eut décidé l’aliénation des propriétés qu’il avait en Angleterre. Appelée  «Manoir d’Anjou », en souvenir du premier titre porté par Philippe de France, fils cadet du roi Louis XIII et auteur de l’actuelle Maison royale de France, cette résidence, sans prétention, subit des transformations importantes.

Philippe VIII de France y réunit les collections célèbres d’histoire naturelle, qu’il légua à la France et qui se trouvent aujourd’hui au Muséum du jardin des plantes de Paris, ainsi que plusieurs très beaux portraits et souvenirs de famille afin d’orner l’asile de la famille royale de France exilée. Le parc fera l’objet de nouveaux aménagements destinés à fleurir les abords du château ainsi que ceux de l’étang. Les sous-bois du parc sont agrémentés de plus de 1.000 plantes choisies pour leur adaptation aux zones d’ombre. Le pont vétuste qui donne accès à l’île est démoli et remplacé par un pont romantique qui existe toujours. Sur ordre du prince, la grille d’entrée est également enrichie de lanternes majestueuses, ornées de fleurs de lys et surmontées de la couronne royale de France.

Le 14 juin 1933, vers cinq heures du matin, dans un lit dont les pieds furent plantés dans des coupes remplies de terre française, Madame la comtesse de Paris ; alors Dauphine de France ; donne naissance au Manoir d’Anjou, au premier enfant mâle du Dauphin de France, l’actuel chef de la Maison de France, Monseigneur le comte de Paris de jure Henri VII de France. Le Prince Henri « né en terre de France » par ce stratagème, va donc vivre ses premières années et faire ses premiers pas, dans le cadre enchanteur du Manoir d’Anjou.

La Deuxième Guerre mondiale signifiera un nouvel exode pour la famille royale de France : le duc et la duchesse de Guise, le Comte et la Comtesse de Paris et leurs enfants quittent le Manoir d’Anjou et le château est occupé par les Allemands. Après la guerre, le domaine est acquis en 1948 par les religieuses du Bon Pasteur qui se consacrèrent à l’enseignement. Depuis 1987, ce sont les Fraternités du Bon Pasteur qui occupent les lieux. Le parc couvre encore 5 ha. C’est une propriété privée à l’exception des bâtiments scolaires à l’entrée abritant L’ICHEC

 

Les demeures des Princes d’Orléans

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.