Ce samedi 13 juin, Monsieur Jean Raspail est décédé à l’hôpital Henry-Dunant à Paris à l’âge de 94 ans. Ce très grand écrivain aura marqué la littérature française et le royalisme français par l’excellence de sa plume. Dès l’annonce officielle de son décès, le chef de la Maison royale de France, Monseigneur le Comte de Paris lui a rendu hommage via son compte officiel Twitter.

 

« Un grand écrivain et grand ami vient de nous quitter. A la suite de ses sept cavaliers, Jean Raspail “a quitté la Ville au crépuscule, face au soleil couchant, par la porte de l’Ouest qui n’était plus gardée”. Puissent ses livres continuer de nourrir notre imaginaire. »

 

La fleur de lys. Jean Raspail l’arborait fièrement sur ses cravates. Son œuvre en était tout aussi couverte. Le fameux Sire (1991) (qui narre le sacre de Philippe Pharamond de Bourbon en 1999), Le Jeu du roi (1976), Le Roi au-delà de la mer (2000), ont nourri cet amour pour la monarchie. Profondément chrétien, l’homme tenait à ses convictions. Dans son appartement, les ouvrages des guerres de Vendée rappelaient son attachement royaliste. Le 21 janvier 1993, il organisa contre vents et marées une commémoration des 200 ans de la mort de Louis XVI, place de la Concorde, en présence de l’ambassadeur des États-Unis Walter Curley. En 1971, Raspail avait publié le Jeu du roi, roman où il évoquait un homme rêvant de son royaume évanoui en regardant la mer. Bravant les tempêtes, l’écrivain a tenu le cap, a continué à dire et écrire ce en quoi il croyait, sans jamais fléchir.


Suivez Monseigneur le comte de Paris sur Twitter et faites connaitre sa pensée autour de vous : https://twitter.com/PJComtedeParis


 

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.