la famille royale de France

Via un document rédigé à la main sur une dizaine de pages aux armes de France adressée au journal point de vue, le chef de la Famille royale de France, Monseigneur le comte de Paris a annoncé qu’il entend régler sa succession en respectant scrupuleusement la tradition monarchique française tout en conservant à l’esprit le handicap profond de son fils aîné, le prince François, comte de Clermont. «  Les lois fondamentales du Royaume, en outre, ont prévu, lorsque le roi est trop jeune ou dans l’incapacité de régner, de désigner son plus proche parent comme régent entouré d’un conseil de régence ».

Le prince a donc décidé de confier la régence à son fils le prince Jean de France, duc de Vendôme et à nommer au futur conseil de régence son frère le prince Jacques, duc d’Orléans, son neveu, le prince Charles-Louis duc de Chartes ainsi que deux personnalités extérieures à la famille royale, Monsieur Dominique Chagnollaud de Sabourret et Monsieur Stanislas Gouin afin d’assister Monseigneur le Duc de Vendôme dans les décisions qu’il prendra au nom de son frère.

Interrogé par le journal  Point de vue sur les dispositions annoncées par son père, Monseigneur le prince Jean de France, a répondu avec beaucoup de sagesse que sur le plan pratique ces mesures ne changeront pas grand-chose, puisqu’il était déjà depuis de nombreuses années le tuteur légal de son frère François: « C’est une évidence que François en raison de son handicap grave ne pourra jamais être le chef de la Famille de France. Je continuerai à veiller sur lui comme je l’ai toujours fait ». Puis le prince a donné avec beaucoup de tendresse à point de vue des nouvelles de son frère le prince François puis est revenu sur ses relations personnelles avec son père le Comte de Paris.

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.