Il y a 20 ans aujourd’hui, Monseigneur le comte de Paris, de jure Henri VI de France, nous quittait, au moment même du mariage civil de son petit-fils le Prince Eudes, Duc d’Angoulême et de Marie-Liesse de Rohan-Chabot, le 19 juin 1999.

Le Prince Henri d’Orléans naît au château de Nouvion-en-Thiérache, dans l’Aisne le 5 juillet 1908, quatrième enfant et seul fils d’un prince d’une branche cadette de la Maison royale de France, le prince Jean d’Orléans, Duc de Guise  , et de sa cousine germaine la princesse de France Isabelle d’Orléans (1878-1961), sœur du chef de la maison royale de France, Monseigneur le duc d’Orléans, de jure Philippe VIII de France. Son prénom de Henri, jusque-là peu courant chez les princes d’Orléans, rappelle celui de son oncle l’explorateur Henri d’Orléans, mort quelques années plus tôt. Il passe la plus grande partie de son enfance dans le nord du Maroc dans des propriétés que son père a achetées. Il voyage en France, en Espagne, en Sicile et ailleurs en Europe à l’occasion de voyages de famille.

Le principe royal français porté par ses cousins Philippe VIII de France et son frère, le duc de Montpensier, finit par faire de lui leur jeune héritier. Ni le premier ni le second n’ont de fils. C’est pourquoi, à la mort de Philippe VIII de France, le duc de Guise et son fils âgé de 18 ans sont contraints à s’exiler. Il devient en effet interdit de territoire national en vertu de la loi d’exil de 1886 qui interdit le territoire national au chef des maisons royales ou impériales ayant régné en France, ainsi qu’à leur fils aîné. Il habite donc en Belgique, au Maroc, en Espagne et enfin au Portugal. En 1929, son père le proclame ” comte de Paris ” et en 1931, Henri d’Orléans, Dauphin de France et comte de Paris, épouse, à Palerme, sa cousine la princesse Isabelle d’Orléans-Bragance donnant ainsi à la France une nouvelle Dauphine de France. En novembre 1937, au nom de son père le duc de Guise et de la Maison de France, le comte de Paris désavoue l’Action française, dirigée par Charles Maurras. Depuis quelques années, le jeune prince et Maurras étaient en désaccord, notamment depuis le lancement de la revue Courrier royal par Henri. Ce dernier n’hésitait pas en effet à prendre des positions opposées à l’Action française, quitte à perdre une grande partie de ses lecteurs.

En 1940, il succède à son père, mort en exil ; et devient à son tour Chef de la Maison Royale de France et donc prétendant du trône de France.  Il fait dès lors usage des pleines armes de France (d’azur à trois fleurs de lis d’or). Jusqu’en 1926, il portait les armes traditionnelles de la maison d’Orléans (de France au lambel d’argent à trois pendants), puis celles de dauphin de 1926 à 1940. Commence alors pour le prince une longue prétendance au trône de France de 59 années, 59 années durant laquelle l’histoire appela souvent le prince a tenir son rôle d’héritier des rois de France et durant laquelle l’éventualité de l’instauration d’une nouvelle monarchie fût un temps envisagé par le général de Gaulle lui-même.

Le 5 juillet 1998, le comte de Paris, célébrait ses 90 ans au château d’Amboise ; ce fut sa dernière réunion de famille, entouré du Gotha et le 19 juin 1999, le jour du mariage civil célébré à Dreux de son petit-fils d’Eudes, duc d’Angoulême, avec Marie-Liesse de Rohan-Chabot, le prince s’éteint dans sa retraite à Cherisy, en Eure-et-Loir. Ses obsèques furent célébrées le 21 juin 1999 à la chapelle royale Saint-Louis de Dreux, où il est inhumé dans la crypte centrale auprès de son fils François. L’ensemble des maisons souveraines européennes y sont présentes ou représentées. (source wikipedia)

 

Toute sa vie Monseigneur le comte de Paris fut de la race des Princes qui se sont battus pour forcer le destin et restaurer la monarchie en France, en ce jour nous tenions donc à lui rendre hommage.


Photo : Getty Images

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.