Re-fonder l’Europe dans ses structures profondes et dans sa mission, c’est maintenant. On a voulu faire l’Europe des marchands, celle de l’économie et de la finance, une finance qui domine de plus en plus le monde d’une façon incontrôlable, qui nous impose de force une mondialisation mortifère, générant un chômage de masse et des crises diverses et répétitives, destructrices d’emplois. C’est une source de  malheurs, de drames et de pauvreté, de misère, bien souvent de suicides… L’argent ne circule plus comme il devrait, comme le sang circule pour vivifier la plus infime cellule lointaine du corps, à l’image de la famille, des individus, de chaque individu. S’il y a perfusion, c’est que le corps est malade, alors il peut y avoir embolie et le système actuel est au bord du collapsus.

 

Il est urgent de remettre notre ouvrage sur le chantier d’une véritable Europe, celle des Hommes, des êtres humains. Durant des siècles l’Europe des nations s’est construite à partir de valeurs millénaires d’une culture partagée, le christianisme, dans les grandes universités de ce continent; de même qu’une agriculture, respectant notre géographie et soucieuse de la protection de la nature qui, elle-même, est durable… si on ne la saccage pas. Au nom du progrès et sous l’influence de grands groupes chimiques et industriels, on détruit cette terre nourricière.

 

L’Europe actuelle, au fil des ans, s’est malheureusement transformée en machine à broyer les Nations et les êtres humains, considérés comme des obstacles à une intégration poussée, mais le peuple de France est encore vivant, oui il bouge encore… Mais il se sent tellement pressure qu’il lui semble être en exil sur sa propre terre. Le fait que l’intégration actuelle se joue sur le registre de son identité  et sur celui de questions touchant le domaine de la conscience hérisse les peuples désireux de pouvoir vivre leur liberté. Les Français, dans leur malheur oublient la force et l’énergie que l’existence de Dieu doit et peut les aider pour adoucir, sinon effacer leur malheur.

 

Monseigneur le comte de Paris, de jure Henri VII de France

le 4 Août 2016, entretien dans l’Action Française 2000

www.leblogducomtedeparis.fr

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.