En ces temps de culte immodéré du progrès et de la technique, les Français, plus que jamais chaque année, montrent leur attachement au patrimoine de notre pays.

L’amour du patrimoine n’est pas l’amour d’un passé, même récent, qu’on veut à tout prix figer. Le peuple français n’est pas cet enfant qui cherche vainement à protéger son château de sable des assauts de la marée montante.

Au contraire, ce que nous avons reçu, ce sont des châteaux de pierre, des forêts de chênes millénaires, des artistes au retentissement universel, des constructions contemporaines exceptionnelles. Devant cet héritage, il n’est d’autre choix que de chercher à préserver, à transmettre, mais surtout à incarner.

Car le patrimoine n’est rien, sans ce couple qui décide de sacrifier tout pour rénover la maison de famille, sans cette dame qui chaque jour ouvre la petite église du village, sans ces habitants qui parlent avec fierté de leur cathédrale, sans ces promeneurs qui patiemment entretiennent les chemins creux qui sillonnent leur pays, sans ces artisans qui transmettent leur savoir-faire immémorial, ou sans ce maire qui décide de protéger et de faire vivre le monument contemporain de sa ville.

En tant que prince de France, il est important pour moi, comme les rois qui m’ont précédé, d’incarner et de protéger ce patrimoine spirituel et matériel, celui qu’aucun fond d’investissement ne pourra jamais sauver. C’est ce patrimoine-là qui nous fait regarder avec fierté notre pays, et le fait rayonner dans le monde entier.

 

Mgr le prince Jean de France, duc de Vendôme

Le site du Prince Jean de France

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.