Le titre de Premier prince du sang est un titre officiel de l’ancienne monarchie française à partir de 1527, qui était attribué, par le roi, au prince du sang situé dynastiquement juste après les fils de France et les petits-fils de France, selon les lois fondamentales du royaume. Le Premier prince du sang, était donc le descendant agnatique d’Hugues Capet étant appelé à la succession au trône en cas d’absence d’héritier direct du roi.

 

Ce titre est donc d’une importance cruciale, puisqu’il indique clairement et officiellement qui est l’héritier présomptif du trône de France en cas d’extinction de la branche ainée. Une situation qui aura lieu d’ailleurs en 1883, lorsque le dernier prince de la branche ainée des Bourbons de France, le prince Henri d’Artois, comte de Chambord, meurt sans descendance.
 

Sous les derniers Valois, il existait le titre de « seconde personne de France ». Sous François Ier, la seconde personne de France était son beau-frère, le duc d’Alençon. À partir de 1525, le rang passa à l’aîné de la maison de Bourbon. En 1595, Henri IV créa officiellement le titre de Premier prince du sang pour la branche cadette des Bourbon-Condé qui le porta jusqu’à la mort d’Henri-Jules de Bourbon-Condé en 1709. Ce dernier ne descendant pas, en ligne agnatique, de Louis XIII mais seulement de saint Louis, il aurait pu perdre ce titre le 4 août 1703 au profit du duc de Chartres (premier arrière-petit-fils de Louis XIII qui ne soit pas fils de France), mais Louis XIV n’attribua le titre au duc de Chartres (fils du futur régent de France) qu’en 1709.

 

Ensuite, le titre continue d’être conféré aux ducs d’Orléans descendants du Régent, jusqu’à l’avènement de Louis-Philippe en 1830. Toutefois, ne descendant pas, en ligne agnatique, de Louis XIV mais seulement de Louis XIII, Louis d’Orléans aurait pu perdre le titre le 13 juin 1747 au profit de Philippe de Bourbon, duc de Calabre (premier arrière-petit-fils du Grand Dauphin qui ne soit pas fils de France). Louis XV laisse néanmoins le titre de premier prince du sang à Louis d’Orléans (1703-1752). Le titre reste ensuite à l’aîné des Orléans. La maison d’Orléans le porte jusqu’en 1830, date à laquelle Louis Philippe d’Orléans devient roi. Ce dernier ne descendant pas, en ligne agnatique, de Louis XV mais seulement de Louis XIII, il aurait pu perdre le titre le 29 septembre 1820 au profit d’Henri d’Artois, duc de Bordeaux ( futur comte de Chambord). Louis XVIII laisse néanmoins le titre de premier prince du sang à Louis Philippe d’Orléans (1773-1850) — qui le porte jusqu’à son règne — et titre le duc de Bordeaux, petit-fils de France dès sa naissance, bien qu’il ne soit que prince du sang au regard de son rang dynastique.
 

À la mort du comte de Chambord, sans descendance, le 24 août 1883, les droits à la Couronne de France, reviennent donc conformément aux règles de  l’ancienne monarchie française à son cousin, le comte de Paris, Philippe d’Orléans, qui, en tant qu’héritier et successeur des titres de son grand-père ; le roi  Louis-Philippe d’Orléans ; devient donc légitimement l’héritier des droits dynastiques du Comte de Chambord et de ce fait, le nouvel héritier légitime du Trône si les Français décidaient de renouer le fil de leur histoire sous le nom de jure de Philippe VII de France. (source: Wikipédia )

 

Liste des Premiers prince du Sang de 1465 à 1830

 

Aidez-nous à faire connaître cet article en le partageant sur les réseaux sociaux.