...

Il est temps de se ranger sous la bannière de l'espoir et du futur !

Vive henri vii

Le drapeau...Toujours panache, souvent linceul, notre drapeau marche en tête. Il a fait sa mue plusieurs fois et si ses trois couleurs actuelles représentent la Ville de Paris (Bleu et Rouge), et la Monarchie (Blanc), il méritait sans aucun doute, de redorer son blason et d'arborer les lys royaux à sa boutonnière...

Avec notre drapeau, notre emblème, notre fierté, notre passé, notre histoire et pour nous aujourd'hui, en le blasonnant aux armes de la Maison Royale de France ; nous voici en possession de l'étendard du futur Royaume de France. Saluons sa venue et hissons-le bien haut.

Nous avons un Prince, nous avons un drapeau, il est temps de se ranger sous la bannière de l'espoir et du futur ! Car c'est bien dans le présent et l'avenir que nous voulons agir, et en fleurissant notre drapeau de lys royaux, nous nous dirigeons avec détermination vers de meilleurs horizons.

Il faut que ce nouveau drapeau soit celui du beau, du renouveau, de l'excellence et de la fameuse ..."touche française" ! Ce serait..."Royal"...Non ?

 Guy Adain

 

*Vous pouvez dès maintenant aquerir le drapeau du futur Royaume de France, au format 60x90 ici, au format 90x150 ici ou encore en format drapeau de table ici.

   

trait-de-separation.jpg

          

Sujet du Roi ou simple citoyen de la Normalité ?

Sujet vs citoyen normalMais qui vraiment veut être Normal ? 2017 approche, encore une élection, je m’interroge, je tremble pour mon pays, à juste titre d’ailleurs, car je serais déçu très certainement, par les candidats tout d’abord et sans doute plus encore par l’élu finalement désigné ! On sollicite, on espère ma voix, et pourtant : qui suis-je ? Personne, je ne suis « personne », ou tout le monde si vous voulez, un de ces nombreux « gens de France » anonyme, un « français moyen » comme l’on dit, très moyen d’ailleurs ! L’on me consulte ;  pas toujours, et l’on ne tient pas compte de ce que je dis ! Mais je suis habitué, je ne suis que « Le Peuple » ! Un jour, ils ont décrété que « Le Peuple » était souverain, et depuis ce jour-là, on ne lui demande plus son avis, puisqu’il est souverain, et que tout se fait en son nom !

Avant j’étais « Sujet », on ne me consultait pas plus, mais j’appartenais au Roi, Sujet du Roi, ce n’est pas rien comme titre ! Appartenir, c’est être considéré, avoir de la valeur, être aimé ! En ces temps là, j’étais une âme ! Et puis, et puis, même s’il y avait de la morgue à mon encontre, même si je ne pesais pas très lourd, je pouvais toujours me dire : « que vaut le Roi sans ses sujets ? » Si demain le Soleil disparaît, autour de quoi gravitera la Terre ? Aujourd’hui, nous sommes « Libres », le mot magique, Liberté, la France a libéré le Monde ! Sur toute la planète Terre, nous avons répandu la Liberté, et éclairé Le Monde de nos Lumières ! C’est le nouveau dogme ! Liberté et Démocratie, nous sommes libres (souvent de pouvoir subir le pire) et tout le monde a le droit, (et l’obligation de penser de même). Eclairés par nos Lumières, nous sommes passés d’un idéal d’excellence à la loi du nombre !

Louis XIV, monarque sacré et absolu imposait le Soleil comme emblème, c’était tendre vers la gloire en majesté, aujourd’hui notre ambition se limite à la normalité… Et c’est ainsi que l’on passe de Jules Hardouin-Mansart à Anish Kapoor dans les jardins de Versailles. Sujet, j’aimerais l’être encore, vivre dans un royaume, avoir un Roi à aimer, avoir un idéal de beauté, d’excellence, de grandeur, de noblesse, certainement pas cultiver le « c’était mieux avant », mais dépasser cette triste normalité de citoyen sans âme ! Sans terre, sans Roi, sans Foi, ni Loi !

Mais pour être Sujets, il nous faut un Roi, et pour que nous ayons un Roi, il faut être quelques uns à le vouloir avec force. Roi Saint, Roi Chevalier, Panache blanc, Roi Soleil… C’est tout de même autre chose que de vouloir (sans pouvoir) être normal ? Soyons nombreux à l’espérer, soyons nombreux à croire en la Divine Providence. Soyons sujets d’espérance, et tout sera possible, si nous ne nous laissons pas engluer dans cette grisâtre normalité. « Le Verbe ne devient agissant que s'il existe un sujet dans la phrase. Le sujet rend la phrase opérante. Le lien d'amour entre le verbe et le sujet transforme toute phrase en harmonie. Or le Roi n'existe que par ses sujets. »  Henri Comte de Paris dans son livre "Le Passeur de Miroir."

 

Guy Adain

 

trait-de-separation.jpg

                         

Le drapeau français, couronné du blason royal de France enfin commercialisé au format 90X150

Drapeau royal de france

Il y a deux ans, le blog La Couronne avait lancé auprès de ses lecteurs une souscription afin de faire réaliser par Maison des Drapeaux, un nouveau drapeau royal de France : Bleu , Blanc, Rouge, avec, en son sein, le blason royal de France. Fort du très grand succès de ces deux souscriptions, Maison des Drapeaux vient de décider de commercialiser sur son site en grand format 90 X 150, le drapeau que La Couronne avait fait dessiner pour ses lecteurs.

Nous sommes plus qu'heureux de voir qu'une grande maison internationale, spécialisée dans la vente de drapeaux décide de faire le choix de commercialiser à grande échelle ce drapeau. Certe, cette maison commercialise déjà une bannière capétienne et d'autre drapeaux "historiques", mais de là à commercialiser un drapeau à l'origine créé par un site royaliste pour des royalistes... voilà une décision plus qu'intérréssante et encourageante.

Le premier tirage du drapeau étant limité nous appelons tous nos lecteurs qui souhaiteraient ce drapeau, à le commander sans attendre, en cliquant sur le lien ci-dessous et bien sûr à partager l'information le plus largement possible.

 

Drapeau France Blason royal - 90 x 150 cm

*Vous pouvez également aquerir le drapeau du futur Royaume de France, au format 60x90 ici ou en format drapeau de table ici.  

 

trait-de-separation.jpg

        

Nouvelles photos de S.A.R. la princesse Philomena de France et de ses enfants

Madame la duchesse de vendôme

Le photographe David Nivière vient de publier sur son site internet une nouvelle série de photo de S.A.R. la Princesse Philomena de France et de ses enfants le prince Gaston de France, la princesse Antoinette de France et la princesse Louise-Marguerite de France. Ces photos ont été réalisées durant le dernier séjour de la famille royale de France à Vienne où vit la famille de Madame la duchesse de Vendôme. (source photos David Nivière)

 

(Cliquez sur les images pour les visualiser)

La famille royales de franceLa famille royales de france 2jpgLa famille royales de france 3jpg

www.davidnivierephotography.com

 

trait-de-separation.jpg

                       

Monseigneur le comte de Paris et son cousin le Roi de Bulgarie au château de Chantilly

Chantilly

Hier, samedi 20 juin, le chef de la Maison royale de France, Monseigneur le comte de Paris et Madame ont accueilli officiellement leur cousin le Roi de Bulgarie et son épouse au château de Chantilly dans le cadre du 60ème anniversaire du Manifeste de Madrid. Les princes ont assisté au potager du château de Chantilly, à la présentation d’un film consacré à la princesse Clémentine de Saxe-Cobourg Gotha, née Princesse d’Orléans. La soirée s'est ensuite suivie d'un concert de musiques bulgares.


 La princesse Clémentine, fille du roi Louis-Philippe et de la reine Marie Amélie, épousa en 1843 à Saint-Cloud, le prince Auguste de Saxe-Cobourg-Gotha avec qui elle eut cinq enfants, dont le prince Ferdinand, qui devint roi de Bulgarie. La princesse Clémentine est donc l’arrière-grand-mère du roi Siméon.

Aujourd'hui dimanche 21 juin, le roi Siméon de Bulgarie se rendra à l’hôtel de Ville de Chantilly, afin d'y présenter son autobiographie « Un destin singulier ».

 

Les photos de cette visite officielle devraient être publiées d'ici quelques jours.

 

trait-de-separation.jpg

             

Monseigneur le comte de Paris: " Il serait peut-être temps d’écouter la sagesse paysanne "

Le comte de paris de jure henri vii

« Que la montagne est belle » (*) Il y a peu, avec la Princesse Micaela nous écoutions une émission sur les magnifiques chants de Jean Ferat. Ils nous remettaient en mémoire cette si belle terre de France. Telles des bulles d’air pur qui éclosent à la surface d’une source, les souvenirs affluaient à notre mémoire, la beauté de nos montagnes, celle des gorges paisibles, la splendeur des champs de blé avant la moisson, les chemins creux et ombreux. Je me revois encore, jeune lycéen à Bordeaux, avec deux amis nous nous sommes loués pour les moissons. Nous partions avant l’aube, la grande faux sur l’épaule, la pierre à aiguiser dans son carquois humide, à la ceinture.

En ce temps là (1947) ni le tracteur ni la moissonneuse n’existaient, sauf de façon éparse. Durant toute la journée nous faisions crisser l’acier sur les tiges encore humides de rosée qui se couchaient doucement. Parfois on entendait le bruit de la pierre humide aiguisant une lame, tandis que les femmes derrière nous mettaient les épis en botte, tout en chantant des mélopées qui accompagnaient la cadence. C’était avant… Avant les effets du plan Marshall qui offrait aux paysans de France des machines: le tracteur Massey Fergusson. Oui c’était LE progrès. Or, pour que la machine soit rentable il fallait accomplir la douloureuse opération du remembrement. Mais celui-ci avait sa face cachée, le démembrement de petites exploitations au profit d’une plus grande donc plus rentable. Dans le même temps, afin d’agrandir les parcelles on arrache les haies où nichent les passereaux qui se repaissent d’insectes, pour la plus part nuisibles, on bouche les rus, ces petits ruisseaux qui drainent la terre. Enfin rendement oblige, on remplace l’assolement triennal par une monoculture intensive et perpétuelle. Alors que la sagesse poussait le paysan à semer, une année, des céréales, une autre il plantait des azotées qui amendaient la terre et la troisième année il laissait sa terre en jachère pour y faire paître les troupeaux de la commune, qui fertilisaient normalement cette belle terre de France. Elle se renouvelait de la sorte sans avoir besoin de produits chimiques, qui au final la détruisent, tout comme las salles de « shoot » rendent l’homme semblable à une blette.

L’agriculteur, jardinier, missionné de notre terre, sculpteur de nos espaces, se trouve de nos jours confronté à un dilemme éthique, préserver l’identité, la diversité de notre terroir et la saveur de nos aliments, ou bien accepter l’uniformité de monocultures intensives dont on constate partout les méfaits, jusque dans nos assiettes. Poussé à produire massivement, il est contraint de s’endetter pour acquérir des machines de plus en plus sophistiquées et performantes, puis des engrais chimiques afin de doper une terre qui s’appauvrit de plus en plus.

Etranglé par ses dettes , car entre temps le marché stagne ou s’effondre, l’agriculteur hypothèque sa terre. C’est le nouveau servage des temps modernes, pour le plus grand profit des banques et de l’Etat, qui entre parenthèse détiennent 75% de notre terroir… Quant à la P.A.C., elle ne profite qu’aux grandes exploitations et ses normes demeurent si obscures et astreignantes, que peu en profitent. Le gigantisme vers lequel l’agriculture évolue la rendra, un jour, nocive pour nos estomacs… Souvenez vous de la vache folle! et imaginez l’hécatombe si un nouveau virus envahit une étable de plus de mille bêtes, qui ne pourront jamais gambader dans les prés ! Alors ne vous étonnez pas si l’agriculteur se suicide! Ne soyez pas choqués de ce que nos terres arables, notre beau terroir de France devienne comme peau de chagrin! Ne vous plaignez pas que le béton envahisse nos terres cultivables, comme l’océan ronge nos côtes. C’est ainsi que des aéroports inutiles poussent en plein champs comme champignons vénéneux, que des chemins aveugles que sont les autoroutes ou le lignes TGV font de profondes saignées dans nos paysages. Aveugles car la vitesse empêche de contempler la beauté qui défile sous nos yeux et de pouvoir méditer un instant face à elle. Il serait peut-être temps d’écouter ces êtres de bon sens qui connaissent l’influence de la lune, la diversité des climats, le bon usage de l’eau, tout comme l’utilisation d’engrais naturels et celui de plantes qui écartent les insectes nuisibles.

L’agro-écologie n’a heureusement rien de politique, ni d’idéologique, puisqu’elle est fondamentalement pragmatique fondée sur les lois de la nature et sur le respect de traditions séculaires. Elle a su s’adapter à notre géographie, à notre histoire comme aux identités parfois si différentes de nos terroirs. Cette agro-écologie ne saurait obéir aux normes aveugles bruxelloises, fruit d’un rationalisme obscur et castrateur, né de cerveaux étroits, ancrés dans un modernisme qui se veut universel et qui en oublie que la diversité est inhérente à la vie. Alors que la seule et vraie voie est celle de la sagesse paysanne qui s’oppose de plus en plus à une économie mondialiste -qui s’essouffle- et à celle d’une consommation « du kleenex jetable » aboutissant au gaspillage de notre nourriture et à son appauvrissement en oligo-éléments.

Heureusement bon nombre d’agriculteurs nous prouvent que l’agro- écologie peut réussir et être économiquement rentable à l’échelle départementale, ce qui implique de nouveaux circuits courts de distribution et une autre façon de concevoir une véritable régionalisation, celle qui devrait pouvoir se bâtir à partir de notre terroir, répondant aux besoins de l’homme, du citoyen, et non selon des visées politiques éléctoralistes, façon détournée de renforcer un centralisme destructeur à la française qui n’aboutit qu’à l’appauvrissement du tissus social et à la désertification de nos campagnes.

J’ai foi en cette nouvelle génération qui a su conserver nos traditions en les adaptant au monde moderne. On pourrait alors rêver qu’un jour la France redevienne ce merveilleux jardin où il fait bon vivre ensemble. Alors, le soir au coucher de soleil, devant la fenêtre ou sous la tonnelle, on pourrait se dire:  » Que la Montagne est belle! » et remercier Jean Ferat de nous l’avoir chanté.( * Titre de la chanson de Jean Ferat. )

523px-coat-of-arms-of-the-bourbon-restoration-1815-30-svg.png

 

Paroles d'Henri VII, Comte de Paris et Duc de France.

www.leblogducomtedeparis.fr

        

     

trait-de-separation.jpg

           

Et s’il nous manquait l’essentiel ?

Il est temps de revenir a l essentiel 1

" L’essentiel est invisible pour les yeux " Antoine de Saint Exupéry

Et s’il nous manquait l’essentiel ? Quand l’essentiel est invisible, même pour les yeux, ce n’est pas encore trop grave, on ne le voit pas, on le pressent, on peut le sentir on peut le chercher, et l’on est à peu près sûr qu’il existe… Invisible, ce n’est pas encore catastrophique, cela veut simplement dire, qu’on ne le perçoit pas. Invisible ne veut pas dire inexistant ! Mais s’il a disparu, si l’essentiel n’existe plus !!! Quels mots pour écrire la suite ? L’essentiel, c’est la présence Divine, c’est l’inexplicable, c’est Dieu, c’est l’indéfinissable. Il est souvent invisible pour nous parce que nous ne regardons pas, parce que nous ne savons pas voir, (Ils ont des yeux et ils ne voient pas) [Sic].

L’essentiel, c’est l’Amour ! L’Amour de Dieu, l’Amour de toute sa Création, de nous-mêmes pour commencer et de nos frères et sœurs. L’essentiel peut s’éloigner, se dérober à nos regards, mais ne peut disparaître ; car nous sommes l’essentiel ! Pourtant il arrive souvent que l’essentiel s’embrume, se dissimule à nos yeux, à nos pensées et ce brouillard qui nous cache la vérité, laisse place à une imagination onirique et cauchemardesque qui nous entraine vers notre propre autodestruction. Alors que l’animal est protégé par son instinct qui l’empêche de se nuire à lui-même, l’être humain malgré son étincelle d’intelligence Divine, qui lui offre la jouissance de tous les biens du Monde, a aussi en son cœur des passions masochistes et mortifères. Dieu a donné à ses créatures la liberté de choisir : le choix entre le Bien et le Mal ; cadeau terrible s’il en est ! L’Eden a existé et nous en avons été chassés par notre faute. La Terre pourrait être paradis terrestre si nous ne la saccagions pas ; et la vie pourrait être autre sans les passions épidémiques et virales que nous entretenons et nous propageons.

Le Monde est beau, riche et abondant. La France en est une belle part ! Nous sommes plutôt gâtés et malgré tout ce que l’on peut en dire, nos ancêtres ont su en faire un pays de cocagne où « coulent le lait et le miel »… Et pourtant ces temps ci, les français sont moroses. Maux roses, pourrait on accuser… Egalitarisme exacerbé, laïcisme forcené, envie, jalousie…

Dans cette société française effectivement l’essentiel est non seulement invisible, mais il semble avoir disparu. Certes si l’essentiel est nié, camouflé, totalement dissimulé, il n’en existe pas moins… Les agents de contamination des maux roses couvrent d’une chape de plomb « L’Essence-Ciel » ! Les Peuples de France sont malades, les gens de France souffrent sans trop comprendre ce qui les affecte. Mais comment guérir quand ce sont des médecins-charlatans qui vous prescrivent des remèdes pires que le mal. Sans doute, le « Président-Médecin malgré lui » fait ce qu’il peut, mais ses potions miracles nous tuerons plus vite encore que les épidémies les plus redoutables. Quant à son entourage de soigneurs-guérisseurs, ils sont à redouter ; incompétents certes, mais pis encore, contaminés et contaminateurs volontaires. Ils ne supportent pas ceux qui ne sont pas frappés des maux roses ! Tous doivent en être atteints : les familles en priorité, l’Education dite Nationale, la Religion, la Morale, et tout ce qui fait notre France et notre culture ancestrale. La Révolution de 1789 a montré la voie, mais il faut poursuivre les destructions… On s’indigne des Vandales Talibans qui s’acharnent sur les monuments témoins des grandes civilisations passées, mais nos « Bobos- gauchos » font de même chez nous, ils veulent détruire le droit de penser, de penser autrement, autrement que dans leur sens !

La situation pourrait paraître grave, voire désespérée, et sans issue autre que fatale. Mais la France est forte et solide, elle résistera et elle guérira. Sans aucun doute, il faudra passer par une purge sévère pour éliminer les « toxines roses  », et adopter un régime austère tant redouté … L’Ancien Régime nous avait gardé en santé plus de mille ans et ce n’est depuis notre grave convulsion révolutionnaire que nous sommes saignés à blanc périodiquement (Terreur, guerres napoléoniennes, Sedan, 14/18, 39/45, et tous les prurits indépendantistes qui ont suivi).

Il est temps de revenir à l’essentiel ! Fermer les yeux pour ne plus voir les billevesées stupides de nos médicastres à deux sous, arrêter d’avaler leurs potions dites miracles et renvoyer le « Président-médecin malgré lui » tisser du tulle en Corrèze ! Voir enfin avec le cœur, vrai organe de la vue ! Rétablir la seule Valeur (non républicaine), la seule Valeur Chrétienne : L’Amour ! Si demain l’Amour devient notre devise nationale alors nous pourrons œuvrer pour le royaume de France et les gens de France de toutes origines. Car si l’on peut apprécier un Président, on ne peut aimer d’amour qu’un Roi ! Le Roi est la marche essentielle pour atteindre le Divin, et le Divin est « L’Essentiel », l’axe de l’Ordre du Monde. Dire « Vive le Roi » c’est aussi dire que le Roi est la vie ! Notre différence, c’est que nous, royalistes, n’organisons pas de primaires pour désigner « Le Candidat. Le royalisme, l’amour pour le Roi n’a rien à voir avec la bonne appréciation que l’on peut avoir pour un président. Un président élu peut satisfaire son électorat s’il est excellent, il peut même contenter ceux qui ne l’ont pas élu, mais être aimé, c’est autre chose !

Le royalisme est d’abord une histoire de rencontre, à cent mille lieues des campagnes et des joutes électorales. Avec le royalisme, nous entrons dans l’irrationnel, la troisième dimension, c’est le domaine de l’essentiel. Justement, « ce qui est invisible pour les yeux, ce qui ne se voit bien qu’avec le cœur », ce qu’on ressent sans pouvoir l’expliquer ! Le royalisme, le vrai, n’est sans doute pas un système politique supérieur aux autres, le royalisme ne prétend pas résoudre mieux les problèmes, les crises, maitriser l’économie, ou gouverner mieux ! Non, le royalisme, c’est autre chose ; le royalisme fait partie de cet essentiel qu’on ne voit pas. Le royalisme n’est pas un système politique que l’on peut expliquer, juger, décortiquer et comparer aux autres. Le royalisme ne se trouve pas en vente dans les supermarchés, on ne le choisit pas comme un produit, on ne l’évalue pas en organisant des primaires, comme dans un radio crochet ou dans ces jeux télévisés, où le but est d’éliminer tel ou tel candidat ! Grâce à Dieu, les Rois ne sont pas ainsi choisis, comme des gagnants de concours à l’issue de face à face débilitants. Car si l’on choisit un président de la République comme un paquet de lessive en espérant qu’il lave plus blanc que les autres. On hérite d’un Roi légitime façonné et imposé par l’histoire. On ne choisit pas sa famille !

Demain, les français, les gens de France souhaiteront renouer avec l’Histoire, leur histoire, ils redeviendront acteurs et personnages de l’Histoire de France malgré les fossoyeurs et mauvais ouvriers qui traitent si mal nos vignes du Seigneur : notre Royaume de France !

                                     

Guy Adain

  

trait-de-separation.jpg       

Citation du mois de juin 2015

La famille royale de France

" Une famille qui a construit la nation et fabriqué l'état français au fil des siècles, ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle la famille de France. Quand le prince Jean, qui sera le chef de cette maison à la mort de son père, se promène dans Paris, il parcourt en quelque sorte la galerie de ses ancêtres. Le Palais Bourbon est pour lui, non seulement un bâtiment public, mais aussi une maison qui fut construite pour l'un de ses grands-oncles. Lorsqu'il admire la Sainte Chapelle, il peut penser à l'un de ses aïeux qui l'a fait édifier. Notre-Dame de Paris lui rappelle cet ensemble de rois, ses ancêtres, qui y ont entendu la messe. Si cette famille ne possède pas matériellement ou juridiquement les «palais de la République» -qui sont en réalité d'anciens palais royaux- elle est réellement chez elle en France. Elle n'est pas une famille comme les autres et se trouve à cet égard dans une situation absolument singulière. "

 

Frédéric Rouvillois,

Professeur de droit public et écrivain , dans le Figaro

  

trait-de-separation.jpg      

Aujourd'hui, Monseigneur le Comte de Paris fête son 82 ème anniversaire

Joyeux anniversaire monseigneur

Aujourd'hui, dimanche 14 juin, le Chef de la Maison Royale de France, Monseigneur le Comte de Paris, de jure Henri VII de France,  fête son 82 ème anniversaire. 

Le blog de la couronne souhaite au chef de la Maison Royale de France un très bon et joyeux anniversaire. Afin de marquer dignement l'anniversaire du chef de la maison royale de France, nous publierons, aujourd'hui sur la page officielle du blog de La couronne, plusieurs séries de photos consacrées à Monseigneur le comte de Paris .

 

" Vive le Roi, vive Henri VII "

 

La page Facebook du blog de La Couronne

    

trait-de-separation.jpg      

 ©La Couronne.org           site co-administré par :  By-Emblem - Création de site internet