...

Premier anniversaire de la princesse Louise-Marguerite de France

Madame la duchesse de vendôme

La princesse Louise-Marguerite, Eléonore, Marie de France, née à Poissy huit cents ans après son ancêtre Saint-Louis, célèbre ce jour son premier anniversaire au Domaine Royal de Dreux. La seconde fille du Duc et de la Duchesse de Vendôme,  baptisée en l’église Saint Pierre de Dreux un mois après sa naissance, est née avec une malformation cardiaque.


Opérée à l’âge de six mois, la petite princesse se porte aujourd’hui très bien et fait la joie de son frère le prince Gaston qui aura 6 ans le 19 novembre prochain et la princesse Antoinette âgée de 3 ans et demi. Le jour de son 50ème anniversaire, le Duc de Vendôme a présenté à ses invités avec fierté mais aussi avec un certain soulagement la princesse Louise-Marguerite désormais en parfaite santé. (Photo : David Nivière , Texte N&R)

  

Le blog de La Couronne souhaite donc un très joyeux anniversaire à notre petite princesse de France

  

trait-de-separation.jpg
        

Le "Millennium Gate" va décerner le prix justice Middelthon-Candler à S.A.R. le prince Jean de France

Prix justice 1

Le musée "Millennium Gate", annonce sur son site internet qu'il décernera le Prix "Justice Middelthon-Candler " à Son Altesse Royale le prince jean de France, le 10 octobre prochain à Atlanta, lors d'un gala commémorant le 240 ème anniversaire du traité d'Alliance Franco-Américaine.

 

Le Prix justice Middelthon-Candler est décerné par le musée "Millennium Gate" au nom du peuple de l'Etat de Géorgie à Son Altesse Royale le Prince Jean de France, en reconnaissance du rôle crucial qu'a joué la Famille royale de France lors de la guerre d'Indépedance Américaine : Ce soutien aux idéaux républicains entraina un mouvement qui coûta aux ancêtres du prince Jean non seulement leur trône, mais également leurs vies. C'est donc avec beaucoup de respect et de grâce que le peuple de la Géorgie accorde le Prix de justice Middelthon-Candler au prince Jean afin de remercier sa famille et la nation française pour leurs sacrifices dans l'établissement de notre république ". (Source : The gate atlanta ) 

     
trait-de-separation.jpg
      

    

La parole capétienne et la crise de l'agriculture française

La parole capetienne et la crise agricole francaise

Le chef de la Maison royale de France, Monseigneur le comte de Paris, a très souvent exprimé son soutien aux agriculteurs et aux éleveurs Français face aux lobbys financiers et aux dictats insensés de l'union Européenne. Aujourd'hui à l'heure où une nouvelle fois les éleveurs français tentent de sauver ce qui reste de l'élevage français, nous vous invitons à lire ou à relire deux textes publiés par monseigneur le comte de Paris, dans lesquels le prince exprime sa vision de ce que devrait être la politique agricole française et dans lesquels le prince condamnait déjà ce que les éleveurs et les agriculteurs dénoncent aujourd'hui par leurs actions.

Preuve une fois de plus que la parole capétienne, indépendante des lobbys financiers et de l’obsession électorale de nos élus, serait encore aujourd'hui et même plus que jamais utile à notre démocratie .

 

Cliquez sur les liens ci-dessous pour lire ou relire les textes du prince:

Monseigneur le comte de Paris : " Il serait peut-être temps d’écouter la sagesse paysanne "

Réflexions de Mgr. le Comte de Paris sur l'Agriculture

  

   

trait-de-separation.jpg
   
  

Gaston et Antoinette de France avec leurs amis les animaux

Les princes de franceLe Duc et la Duchesse de Vendôme sont des princes proches de la nature et des animaux. Depuis leur installation au Domaine Royal de Dreux et depuis la naissance de leurs trois enfants, le prince Gaston en 2009, la princesse Antoinette en 2012 et la princesse Louise-Marguerite en 2014, les princes vivent au gré des saisons. Le prince Gaston, ici au côté de la princesse Antoinette, est ravi de s’occuper d’un petit hérisson agonisant trouvé au hasard d’un jeu dans le chemin de ronde du Domaine Royal.

Quelques jours après le 50ème anniversaire du Duc de Vendôme, le prince Gaston et ses sœurs découvrent un tout petit hérisson dans le chemin de ronde du Domaine. Après  avoir consulté le vétérinaire et le sanctuaire des hérissons, le Duc de Vendôme et ses enfants décident de sauver cet animal  protégé en le nourrissant à l’aide d’une pipette d’un aliment liquide destiné aux animaux convalescents. Aujourd’hui, le petit hérisson baptisé Rikitikipic par les petits princes est sorti d’affaire. Relâché dans le parc, il vient chaque soir rendre visite à la famille du Duc de Vendôme pour le plus grand plaisir des trois petits princes.

Les animaux des princes de franceEn 2013, le Duc et la Duchesse de Vendôme cherchent à acquérir un chien pour les enfants. Ils apprennent alors qu’un vieille chienne errante  suite au décès de son maître trois mois auparavant était en garde à la SPA. Faute de trouver un nouveau maître, ce chien devait être piqué dans les jours suivants. Touché par le sort peu enviable de l’animal, les princes décident de l’adopter sur le champ et l’emmènent dans leur voiture au Domaine Royal de Dreux. Baptisée Lady , elle est aujourd’hui la meilleure amie du prince Gaston et de ses petites sœurs.

La poule du domaine royal de dreux

Après l’arrivée d’une poule baptisée Jubilé en l’honneur du jubilé de la reine Elizabeth II, la princesse Philomena a pris en pension 14 poussins. Gaston et Antoinette s’occupent avec bonheur des poussins jusqu’à ce qu’ils constatent  que l’un d’eux, plus faible, se faisait maltraiter par les autres. Les princes lui ont redonné force et vigueur en le plaçant plusieurs jours sous une lampe chauffante, de façon à ce que le petit poussin puisse retrouver sa fratrie sans danger pour lui. (texte: N&R/Photo : N&R et Newscom)

Charles, de Noblesse & Royauté

 

trait-de-separation.jpg
   

Stéphane Bern sort un DVD sur le mariage du Duc et de la Duchesse de Vendôme

Mariage du prince jean de france

Six ans après le mariage du Duc et de la Duchesse de Vendôme et après la naissance du prince Gaston, de la princesse Antoinette et de la princesse Louise-Marguerite, Stéphane Bern vient de réaliser un DVD consacré au mariage des princes qui ouvre un nouveau chapitre de l’Histoire de la famille de France.


Sur la jaquette du DVD Stéphane Bern note à l’attention du public « Des essayages de la robe de mariée en faille de soie ivoire créée par Christian Lacroix aux fiévreux préparatifs des noces, du mariage civil à la mairie du VIIéme arrondissement de Paris à la cérémonie religieuse dans la cathédrale de Senlis, et du vin d’honneur dans les jardins du château d’Hugues Capet à Senlis au déjeuner sur la pelouse devant le château de Chantilly, ce film vous propose de revoir enfin les grands moments de ce mariage princier émaillé des interviews du couple et des principaux protagonistes. Plus qu’un album souvenir, c’est une page d’Histoire de France. » (Source N&R / Photo : Newscom)

Ce DVD est vendu auprès de : Gotha Conseil – 15, rue Taitbout – 75009 Paris ou encore auprès de l’association du Prince « Gens de France, 2 square d’Aumale, 28100 Dreux », au prix de 19,90 euro.

 

trait-de-separation.jpg

       

Que manque t-il aux monarchistes français pour être une alternative crédible en 2017 ?

Monarchie 2017

« La sensibilité française, en 1789, était déjà formée depuis longtemps, et cent cinquante ans d’apparente réaction contre le passé ne suffisent pas à modifier profondément nos réactions morales, notre conception particulière du devoir, de l’amour, de l’honneur. De sorte que le rythme profond de notre vie intérieure n’est en rien différent de celui d’un contemporain de Louis XVI. En ce sens on peut dire que tous les Français sont monarchistes comme moi. Ils le sont sans le savoir. Moi, je le sais. » !

La récente déclaration d'Emmanuel Macron nous prouve que la réflexion de Georges Bernanos reste plus que jamais d'actualité ! Mais que manque t-il aujourd'hui aux monarchistes français pour être une alternative crédible en 2017 ?

Un leader compétent sur le terrain, qui soit charismatique, prompt à rassembler au delà de la querelle dynastique et idéologique qui nous divise , capable de comprendre les problèmes de nos contemporains à travers un VRAI programme politique (dans lequel chacun trouvera les réponses à ses attentes sur des sujets divers et variés) sachant allier traditionalisme et modernisme pour un renouveau monarchique 2.0 !

Car en dépit des déplorables caricatures distillées par la presse nationale, y compris parfois (et malheureusement ) au sein des différents mouvements ou groupuscules, le Monarchisme français existe et bel et bien vivant. Nous pouvons constater que les forces vives et sa capacité militante sont présentes tous les jours participant doucement mais certainement au changement des mentalités. En témoigne, par exemple, chaque année le Camp Maxime Real del Sarte (pour ne citer que lui ) ou le dernier reportage sur les monarchistes français par la chaîne France 4.

Notre visuel n'a jamais été aussi bon depuis l'arrivée au gouvernement des socialistes et de leur sacro-sainte religion égalitariste et laïcarde à tout va . Même les émissions comme "Secret d'Histoire" de Stéphane Bern ou "L'ombre d'un doute" de Franck Ferrand ( y compris son émission sur Europe 1), les succès en librairie de Lorànt Deutsch, la multiplication des magazines traitant de l'actualité monarchique, nos propres revues historiques et d'analyses politiques ( Royaliste comme Af Hebdo) .. etc contribuent à redonner des lettres de noblesse à notre monarchie défunte et qui ne demande qu'à renaître de ses cendres.

Le Front de Gauche ne nous a t-il pas montré également par ses déclarations récentes que la perspective d'un retour de la monarchie pouvait être une réalité !? En tentant de les dénoncer outrancièrement quitte a en réclamer publiquement leur interdiction d'antenne, les communistes français ne nous révèlent-ils pas au grand jour leurs peurs ? Et que dire de cet accueil triomphal donné aux souverains d'Espagne par nos parlementaires républicains ?

Si "compromis nationaliste" (si cher à Charles Maurras) il y'a, il ne peut se faire au détriment de nos principes monarchiques ni d'une certaine idée de l'Autel imposée par les lois fondamentales du royaume de France. Chaque candidat qui se présenterait au nom d' un mouvement républicain n'a t-il pas l'obligation morale d'y affirmer son caractère royaliste et de l' imposer ? c'est en infiltrant de plus en plus rapidement les couches sociales et politiques républicaines, que l'idée monarchique fera son chemin mais c'est aussi par le travail d'éducation de chacun d'entre nous que fera autour de lui, que le monarchisme français pourra apparaître comme la solution aux maux des français.

Le réveil monarchique de la nation ne pourra se faire que si chacun des principaux mouvements accepte de se parler autour d'une table et se constituer en un vaste véritable mouvement se réclamant de la légitimité royale, Une légitimité millénaire qui restaurera notre pays dans sa pleine souveraineté, sa dignité nationale et qui saura présenter un candidat de consensus à travers un programme politique responsable et sérieux.

Nous ne sommes ni de droite, ni de gauche mais simplement Royalistes ! Cette maxime est nôtre, indissociable du monarchisme français, elle coule dans les veines de chaque royaliste quelque soit sa tendance.

Soyez fiers de porter une fleur de Lys en toutes circonstances, soyez fiers de vous dire monarchiste, soyez l'avant-garde de cette résistance légitime à la République, soyez les porte-drapeaux de la restauration !

 

Frederic De Natal,

S.G. de la Conférence monarchiste internationale et Journaliste-Pigiste à Point de vue Histoire

   

trait-de-separation.jpg

       

Demain, sortez vos drapeaux et montrons aux Français qu'une autre alternative existe

Les trois couleurs de la monarchie francaise 1

Demain, mardi 14 juillet, en ce jour de fête nationale où la République française va, comme chaque année, abreuver les Français de grandes messes républicaines et de grands discours républicains, le blog de la Couronne appelle tous ses lecteurs et au-delà de ses lecteurs tous les royalistes, à se mobiliser également.


Demain, vous aussi, ouvrez vos placards et brandissez vos drapeaux, ensemble faisons en sorte qu'aux quatre coins de l’hexagone, la France redécouvre ses lys nationaux, que votre drapeau soit le drapeau blanc de la restauration, la bannière bleue fleurdelisée, ou encore, le drapeau français couronné du blason royal de France, sortez vos drapeaux, accrochez-les à vos fenêtres, à vos balcons, à vos mâts, brandissez haut et fort les bannières de l'espoir.


Ensemble, montrons qu'une autre alternative existe, que la république n'est pas une fatalité et que l’espérance monarchique existe toujours en France. Nous avons un Prince, nous avons un drapeau, ensemble, rappelons aux Français qu'il est temps de se ranger sous la bannière de l'espoir et du futur !

 

VIVE LA FRANCE ET VIVE LE ROI

 

 

trait-de-separation.jpg

                         

Monseigneur le comte de Paris: "Le choc de civilisations ou la dictature des technocrates"

Mgr lcdph7dfrance 2

Je ne me souviens plus du nom de celui qui a dit :  " Liberté! que de crimes n’a t-on commis en ton nom?  " La Révolution Française nous a apporté, dit-on, la liberté. Mais quelle est la signification de ce mot? Serait-il le « fais ce que voudras » inscrit sur le fronton de l’Abbaye de Thélem, si chère à Rabelais? Et qui se traduit de nos temps par le rejet de toutes contraintes, débouchant sur la loi de la jungle, celle du plus fort? Les Encyclopédistes nous ont fourni  » la lumière « , une certaine vision du monde, fondée sur la Raison érigée en dogme. Leur pensée matérialiste, anthropologique, les a poussés à considérer l’intériorité humaine comme un champs à cultiver et dont il faut savoir engranger les fruits.

Plus question, ici, du paramètre âme, cette dimension, cette étincelle de Dieu en nous, qui n’a jamais pu être prouvée scientifiquement, mais que certains d’entre nous ont su reconnaître en eux.Ce champs, disaient-ils, est passif, irresponsable par nature, il faudra donc indiquer aux humains les comportements nécessaires à leur bien être, pour leur bonheur. La liberté comme la joie ne peuvent s’acquérir individuellement, tout deviendrait chaotique à les écouter. Il fallait donc les leur imposer collectivement par la force de la loi et au besoin par la terreur. Influencé, peut être, par les écoles de pensée de la jeune République des Etats de l’Union outre-atlantique, Claude Henri Comte de Saint Simon va plus loin. Il convient nous dit-il de supprimer toute variable, source d’imprécision scientifique et d’incertitude dans la construction de l’humanité. Seules la certitude scientifique et son application technique fourniront les moyens d’ordonner le chaos, cause de déséquilibre. Tout devra être jugé en fonction de l’efficacité et seule l’efficacité pourra en juger…

Pour notre humanité, il ne saurait exister qu’une seule fin, un seul but quantifiable, le bien être pour tous, global. Il faudrait donc éliminer tout autre choix qui perturberait la recherche de cet objectif. Le monde de la politique est complexe et évidemment difficile à contrôler. Il devra disparaître peu à peu, remplacé par l’administration des choses selon des méthodes éprouvées scientifiquement. On en arrive à cette aberration logique de ne plus voir de différence entre un programme de gauche ou de droite, puisqu’il n’existe qu’une seule méthode économique pour rendre théoriquement le monde matériellement heureux.

A partir de là, le pouvoir sera détenu, dans sa réalité par les seuls individus qui seront compétents et économiquement corrects. Ce sont les technocrates et les banquiers… Quant au profit il devient le suprême bonheur de cette nouvelle caste. Cette conception de la gestion du monde, planifiée et lisse, globale et souveraine est la nouvelle idéologie que nous subissons aujourd’hui, un forme de dictature technocratique, un totalitarisme mondialiste qui se disent démocratiques. Ainsi notre monde, nos sociétés sont poussés vers l’abîme de l’absurde. L’impératif de l’efficacité, du politiquement correct, efface de la mémoire programmée les justes aspirations de l’être humain, les joies de la famille, les espoirs des communautés, comme les réalités d’une nation, d’un pays et de toutes ses composantes.

Dans l’Histoire, comme dans la vie de tous les jours, il est pourtant une leçon d’humilité qu’il faut sans cesse se remémorer: rien n’est inéluctable, rien n’est définitif et toute construction humaine est par définition appelée à disparaître parce qu’il sera toujours donné à l’homme et à notre humanité la possibilité d’un choix autre… La Grèce est aujourd’hui confrontée à ce choix: ou bien rester dans l’euro, dans l’Europe et mourir asphyxiée par sa dette qu’elle ne peut ni ne pourra jamais rembourser, ou tenter de vivre autrement en sauvant l’âme d’une antique civilisation qui nous a tant apporté et qui peut, dans un sursaut possible, continuer à demeurer un phare. Faire volontairement le choix de sacrifices qui ne soient pas imposés par des technocrates irresponsables, me semble une démarche acceptable par tous . Nous savons bien que toute dictature déteste demander l’avis du peuple. Et si par inadvertance elle le demandait par référendum, elle passerait outre si la réponse n’était pas conforme à ses voeux. C’est ainsi que fut adopté le traité de Maestricht que le peuple de France avait refusé… un déni de démocratie. Aujourd’hui la Grèce attire notre attention sur les méfaits des technocrates. Par delà la dette qui plombe toutes les économies d’Europe, il devient nécessaire de trouver des solutions qui soient acceptées par tous les citoyens…

Car deux dangers nous guettent. Le premier est la mise en esclavage de l’Europe par les USA, par le truchement du traité de libre échanges transatlantique qui se concocte sous la houlette des technocrates de Bruxelles, sans même demander l’avis du parlement de Strasbourg… Ce traité aurait pour conséquences de livrer toute notre économie, toute notre culture, tout notre savoir faire entre les mains et le bon vouloir de la justice américaine. Nous serions obligés de subir l’esclavage des OGM, de la mal bouffe, ainsi disparaîtraient notre culture et les coutumes propres à nos régions. Sans oublier les grandes oreilles qui surveilleraient chacun de nos faits et gestes, jusqu’à nos pensées intimes…Le second danger créé de toute pièce par « l’Empire » est le réveil d’un islam fou, comparable à ce que l’Europe a déjà vécu sous la botte SS des régiments Das Reich : la cruauté, la barbarie, l’abominable implacabilité. L’Europe demeurera toujours bancale si l’on n’envisage pas, également, de la reconstruire de l’Atlantique à l’Oural, dans le respect de l’identité de chaque peuple, avec des instances supérieures, démocratiquement élues, dont la mission ne serait pas de gouverner à la place des peuples, mais de réguler un élan construit en commun et non un « marché » et ce afin d’éliminer toute tension possible.

Ne jamais oublier que l’Europe est une très vieille civilisation composée de femmes et d’hommes ayant une culture chrétienne commune aux identités différentes, ce qui en fait sa richesse. L’avenir à construire ne peut être celui des banques ou des technocrates qui doivent être contraints de demeurer strictement au service du politique. Alors l’art de la politique ne serait-il pas de trouver le juste équilibre entre les contraires pour harmoniser la société, dans le respect des libertés de chacun afin de rendre la progression de notre humanité moins chaotique et plus heureuse. Nous serions alors bien loin de la gestion des choses.

 

P.S: Je souhaite à tous les amis qui me suivent de bonnes vacances!

 

523px-coat-of-arms-of-the-bourbon-restoration-1815-30-svg.png

 

Paroles d'Henri VII, Comte de Paris et Duc de France.

www.leblogducomtedeparis.fr

     

trait-de-separation.jpg        

Aujourd'hui nous fêtons le 107ème anniversaire de la naissance de feu Monseigneur le comte de Paris

Henri vi de france

Aujourd'hui dimanche 5 juillet 2015, nous fêtons le 107ème anniversaire de la naissance de feu Monseigneur le comte de Paris, de jure Henri VI de France, prétendant au trône de France de 1940 à 1999.


Le Prince Henri d'Orléans naît au château de Nouvion-en-Thiérache, dans l'Aisne le 5 juillet 1908, quatrième enfant et seul fils d'un prince d'une branche cadette de la Maison royale de France, le prince Jean d'Orléans, Duc de Guise  , et de sa cousine germaine la princesse de France Isabelle d'Orléans (1878-1961), sœur du chef de la maison royale de France, Monseigneur le duc d'Orléans, de jure Philippe VIII de France. Son prénom de Henri, jusque-là peu courant chez les princes d'Orléans, rappelle celui de son oncle l'explorateur Henri d'Orléans, mort quelques années plus tôt. Il passe la plus grande partie de son enfance dans le nord du Maroc dans des propriétés que son père a achetées. Il voyage en France, en Espagne, en Sicile et ailleurs en Europe à l'occasion de voyages de famille.

Le principe royal français porté par ses cousins Philippe VIII de France et son frère, le duc de Montpensier, finit par faire de lui leur jeune héritier. Ni le premier ni le second n'ont de fils. C'est pourquoi, à la mort de Philippe VIII de France, le duc de Guise et son fils âgé de 18 ans sont contraints à s'exiler. Il devient en effet interdit de territoire national en vertu de la loi d'exil de 1886 qui interdit le territoire national au chef des maisons royales ou impériales ayant régné en France, ainsi qu'à leur fils aîné. Il habite donc en Belgique, au Maroc, en Espagne et enfin au Portugal. En 1929, son père le proclame " comte de Paris " et en 1931, Henri d'Orléans, Dauphin de France et comte de Paris, épouse, à Palerme, sa cousine la princesse Isabelle d'Orléans-Bragance donnant ainsi à la France une nouvelle Dauphine de France. En novembre 1937, au nom de son père le duc de Guise et de la Maison de France, le comte de Paris désavoue l'Action française, dirigée par Charles Maurras. Depuis quelques années, le jeune prince et Maurras étaient en désaccord, notamment depuis le lancement de la revue Courrier royal par Henri. Ce dernier n'hésitait pas en effet à prendre des positions opposées à l'Action française, quitte à perdre une grande partie de ses lecteurs.

En 1940, il succède à son père, mort en exil ; et devient à son tour Chef de la Maison Royale de France et donc prétendant du trône de France.  Il fait dès lors usage des pleines armes de France (d’azur à trois fleurs de lis d’or). Jusqu'en 1926, il portait les armes traditionnelles de la maison d'Orléans (de France au lambel d'argent à trois pendants), puis celles de dauphin de 1926 à 1940. Commence alors pour le prince une longue prétendance au trône de France de 59 années, 59 années durant laquelle l'histoire appela souvent le prince a tenir son rôle d'héritier des rois de France et durant laquelle l'éventualité de l'instauration d'une nouvelle monarchie fût un temps envisagé par le général de Gaulle lui-même.

Le 5 juillet 1998, le comte de Paris, célébrait ses 90 ans au château d’Amboise ; ce fut sa dernière réunion de famille, entouré du Gotha et le 19 juin 1999, le jour du mariage civil célébré à Dreux de son petit-fils d’Eudes, duc d’Angoulême, avec Marie-Liesse de Rohan-Chabot, le prince s'éteint dans sa retraite à Cherisy, en Eure-et-Loir. Ses obsèques furent célébrées le 21 juin 1999 à la chapelle royale Saint-Louis de Dreux, où il est inhumé dans la crypte centrale auprès de son fils François. L’ensemble des maisons souveraines européennes y sont présentes ou représentées. (source wikipedia)

 

Toute sa vie Monseigneur le comte de Paris fut de la race des Princes qui se sont battus pour forcer le destin et restaurer la monarchie en France, en ce jour nous tenions donc à lui rendre hommage.

 

VIVE LE ROI

 

trait-de-separation.jpg
                 
    

 ©La Couronne.org           site co-administré par :  By-Emblem - Création de site internet